BFM Business

Le fondateur de Google triomphe à Séoul après la victoire d'AlphaGo

Sergey Brin, le cofondateur de Google, en invité surprise à Séoul après le troisième match opposant AlphaGo à Lee Sedol.

Sergey Brin, le cofondateur de Google, en invité surprise à Séoul après le troisième match opposant AlphaGo à Lee Sedol. - Youtube

Sergey Brin a fait une apparition en marge du troisième match victorieux de son programme informatique AlphaGo contre le champion du monde de Go. Histoire de rappeler que c'est bien Google qui a gagné.

Le programme informatique AlphaGo vient de terrasser le champion du monde de Go Lee Sedol pour la troisième fois consécutive, assurant ainsi son triomphe définitif à l'issu du tournoi mardi 15 mars. Surprise, Sergey Brin s'est déplacé en personne à Séoul et est monté sur scène lors de la conférence de presse qui a suivi la rencontre.

Sergey Brin est un ancien joueur de Go

Présenté comme un "invité spécial", il a déclaré : "C'est vraiment excitant d'être ici. Je dois vous dire que j'ai passé moi-même beaucoup de temps à jouer au Go durant mes études supérieures. A tel point que cela a pu poser problème quand on a commencé à faire Google avec mon cofondateur Larry. Heureusement, je n'étais pas très bon. Rien à voir avec le gentleman que nous avons ici aujourd'hui", a-t-il lâché en désignant Lee Sedol.

AlphaGo a été développé par la start-up britannique Deep Mind, rachetée en 2013 par Google. On avait déjà eu droit, lors du premier match, à l'irruption sur scène d'Eric Schmidt. Ce dernier est le président exécutif d'Alphabet, la holding dans laquelle Google a été refondu en 2015. Mais la prise de parole de Sergey Brin est rare et créée chaque fois l'événement.

Le champion mondial de Go Lee Sedol, le fondateur de Deep Mind Demis Hassibis et le président d'Alphabet Sergey Brin.
Le champion mondial de Go Lee Sedol, le fondateur de Deep Mind Demis Hassibis et le président d'Alphabet Sergey Brin. © Youtube

Un coup marketing et une victoire contre Facebook

Ce brillant mathématicien de formation et cofondateur de Google avec Larry Page, officie actuellement comme président d'Alphabet. Mais il est surtout en charge des activités de recherche du labo X qui comprend aussi bien les ballons Loon que la voiture autonome ou les Google Glass. C'est donc lui qui a supervisé directement les travaux de Deep Mind.

Serait-il resté caché dans les toilettes si AlphaGo avait perdu ce troisième mach ? En tous cas, il est venu clairement rappeler que c'est bien Google qui a gagné. Et Google encore qui vient de faire progresser de façon historique la recherche en intelligence artificielle. C'est évidemment un coup marketing, doublé d'une démonstration de force. Et une façon de rabaisser Facebook avec qui Google était en compétition sur le sujet. Le laboratoire FAIR du réseau social, dirigé par le Français Yann Lecun, s'est fait prendre de vitesse et doit aujourd'hui se désoler de n'avoir pas investi davantage dans son propre programme.

Une communication en deux temps

La stratégie de communication adoptée par Google laisse également pantois. La firme a d'abord avancé complètement masquée des mois durant en gardant secrète la première victoire d'AlphaGo au mois d'octobre 2015 contre le champion européen Fah Hui. Le résultat n'avait été dévoilé qu'en janvier, à l'occasion de la parution d'un article scientifique dans Nature.

A partir de ce moment là, Google s'est livré à l'inverse à une médiatisation extrême de l'événement. Retransmission des matchs en direct sur Youtube et sur des chaînes de télévision asiatiques, abondance de communiqués et d'interviews, jusqu'à l'apothéose finale de ce 12 mars et l'apparition de Sergey Brin sur scène.

Rappelons que le champion mondial Lee Sedol ne connaissait absolument pas le niveau de la machine avant de l'affronter et qu' il a pu être déstabilisé par son mode de jeu, de même que par le soudain intérêt des médias internationaux qui a forcément fait monter la pression.

Demis Hassabis, le fondateur de Deep Mind, a beau déclaré qu'il reste "étourdi et dans voix" après cette victoire, l'événement semble pourtant s'être déroulé selon un scénario bien calculé par Google. Reste à voir maintenant quelles applications futures on pourra tirer d'AlphaGo.

Amélie Charnay