BFM Tech

Japon: une intelligence artificielle a écrit un roman pour concourir à un prix littéraire

-

- - DR

Des chercheurs japonais ont réussi à mettre au point une intelligence artificielle capable de construire une histoire à partir de paramètres préétablis. Le résultat était suffisamment probant pour passer les premières sélections à un prix littéraire.

Mais que reste-t-il aux humains? Après avoir été battu aux échecs puis au jeu de Go tout récemment par des intelligences artificielles, la création littéraire serait-elle également en passe de nous échapper?

Une intelligence artificielle écrivain

Des chercheurs de la Future University Hakodate et d’une autre université japonaise ont développé une intelligence artificielle à la "sensibilité" littéraire. Les intervenants humains ont établi les "paramètres" de la nouvelle, comme la trame narrative et le genre des personnages. L’intelligence artificielle a ensuite écrit la nouvelle en sélectionnant des mots et des phrases préparées par des humains.

Satoshi Hase, auteur de science fiction japonais, a fait part de ses impressions après lecture de la nouvelle lors d’une conférence de presse : "J’ai été surpris de ce travail parce que la nouvelle était très bien structurée", assurait-il avant de tempérer:

"Mais il y a encore des problèmes à résoudre pour remporter le prix, comme la description des personnages".

Onze romans issus des "réplicants"

Selon le quotidien japonais Yomiuri Shimbun, la courte nouvelle co-écrite par des humains et une intelligence artificielle a passé les premières sélections pour l’obtention du Hoshi Shinichi Literary Award mais n’a toutefois pas décroché la timbale.

Ce concours littéraire a ceci de particulier qu’il accepte les auteurs "réplicants", qui ne sont donc pas humains. Ainsi, parmi les 1450 romans soumis, onze l’étaient par des intelligences artificielles. Les deux universités ont déposé chacune quatre romans.

Un avenir peuplé de robots créatifs

Hitoshi Matsubara, professeur en charge du projet au sein de la Future University Hakodate, indiquait que "jusqu’à présent, les programmes d’intelligence artificielle ont souvent été utilisés pour résoudre des problèmes qui ont des réponses, comme le Go et le shogi. Dans le futur, j’aimerais étendre le potentiel des IA pour qu’elles possèdent une créativité proche de celles des humains". Un des courts romans écrits par l’intelligence artificielle se terminait ainsi:

"J’ai frémis d’une joie que j’ai connue pour la première fois et j’ai continué d’écrire avec enthousiasme. Le jour où un ordinateur a écrit un roman. L’ordinateur, plaçant sa quête de plaisir au dessus de tout, cessa de travailler pour les humains".

Demain les robots ne chercheront finalement peut-être pas à nous tuer, mais juste à inonder le monde de romans de gare. Rêveront-ils de moutons électriques?