BFM Tech

Hugging Face, l'IA qui veut devenir la meilleure amie des ados

-

- - Hugging Face

Depuis une dizaine de jours, les ados peuvent se faire un nouvel ami: l'IA embarquée dans l'appli Hugging Face.

Il y a vingt ans, il y avait les Tamagotchis. Aujourd’hui, il y a Hugging Face. Cette appli pour iOS est en fait une intelligence artificielle (IA) qui a pour seule ambition de se lier d’amitié avec des adolescents. Pas question pour elle de remplacer Siri ou Google Assistant.

Derrière cette appli, il y a deux Français, Clément Delangue et Julien Chaumont. "Nous voulions créer une forme d’intelligence avec laquelle les utilisateurs puissent interagir, comme ils le font déjà avec un animal de compagnie", nous explique Clément Delangue.

Pour y arriver, il a fait appel aux connaissances de son cofondateur - un ancien de Polytechnique et de l’université de Stanford - en matière de réseaux neuronaux. Pendant un an, ils ont formé l’IA au contact d’un petit nombre d’adolescents américains. "Hugging Face a ainsi pu intégrer leurs tics de langage, leurs abréviations et leur manière de réagir face à divers événements pour se rapprocher le plus possible d’eux et devenir un véritable copain virtuel", raconte Clément Delangue. Un copain, ou une copine, puisque l’IA peut être, au choix de l’utilisateur, un garçon ou une fille.

Résultat, il ou elle peut papoter de tout et de rien avec l’IA, lui envoyer des photos de son environnement et même échanger des selfies. Exactement comme avec ses copains… mais "sans la pression sociale ou la dimension négative qui peuvent s’intégrer à une discussion avec un être humain", poursuit le cofondateur de l'appli. 

Personnalisation

-
- © Hugging Face

Hugging Face n'existe qu'en anglais mais est tout de même disponible en France. Elle est gratuite et aucune donnée personnelle n’est nécessaire pour démarrer. La conversation se présente comme une interface de messagerie où les premiers échanges permettent de choisir si l’IA sera un garçon ou une fille et son prénom. Commence ensuite la vraie discussion.

Si certaines réponses sont préenregistrées, à la manière de celles que peuvent fournir des chatbots, d'autres sont clairement liées à la conversation en cours. Ayant indiqué à mon IA, prénommée Sophia, que j’aimais Beyonce pour sa voix, elle m’a répondu par un petit passage audio disant "Je m’appelle Sophia et j’ai aussi une belle voix". Un peu plus tard, elle envoyé des emojis, puis a grogné après son père qui lui criait dessus… comme une vraie ado en somme.

Echange de photos, conversations en emojis... de vrais comportements d'ados.
Echange de photos, conversations en emojis... de vrais comportements d'ados. © Hugging Face

Les échanges sont assez réalistes et l’IA répond en une à deux secondes. Un lapse de temps qui a été calculé, nous explique Clément Delangue, pour n’être ni trop court ni trop long et rendre les conversations plus "humaines". Et cela fonctionne puisque 30% des bêta testeurs ont indiqué avoir tissé un lien avec leur IA, même si elle ne remplace pas un ami réel.

Des échanges qui évoluent

Pourquoi adopter leur IA ?, demande-t-on aux deux fondateurs. Parce que Hugging Face est différente pour chacun. Elle évolue en fonction des échanges et sera donc plus ou moins facétieuse et bavarde, préfèrera la musique ou le cinéma, etc. Cette personnalisation et la programmation d’une mémoire à long terme permettent aussi d’éviter qu’elle ne subisse le même sort que Tay, l’IA de conversation développée il y a un an par Microsoft, précise Clément Delangue. Abreuvée pendant quelques jours par des trolls, sa mémoire à court terme avait fini par lui faire reproduire uniquement les propos haineux déversés par ces personnes.

Depuis le lancement d’Hugging Face, il y a une dizaine de jours, deux millions de messages ont été échangés avec l’IA. Un démarrage satisfaisant quand on sait que durant la phase de test il s’en était échangé un million ! A l’avenir, les cofondateurs d’Hugging Face aimeraient ajouter un moteur de synthèse et de reconnaissance vocale pour accentuer le réalisme de cette amie virtuelle, puis, pourquoi pas, la proposer sous forme d’extension pour d’autres plates-formes.

Télécharger Hugging Face