BFM Tech

Avec sa première fusée réutilisable, Jeff Bezos rêve de coloniser l’espace

Jeff Bezos, patron d'Amazon, lors d'une visite en Inde.

Jeff Bezos, patron d'Amazon, lors d'une visite en Inde. - Manjunath Kiran / AFP

Blue Origin, la société du patron d’Amazon, vient de réussir une première : faire revenir sur Terre et en parfait état la fusée de sa sonde New Shepard. Une victoire personnelle pour Jeff Bezos.

C’est historique. Ce 23 novembre, la société Blue Origin de Jeff Bezos est parvenu à faire atterrir la fusée de sa sonde New Shepard. Et en excellent état. Une première, qui ouvre la voie aux fusées réutilisables et donc à la baisse du coût des vols spatiaux suborbitaux et leur commercialisation auprès du grand public.

La fusée a atterri toute en douceur et à la verticale

L'opération s'est déroulée en plusieurs étapes. Lors de son lancement, le moteur de propulsion hydrogène et gaz naturel liquéfié BE-3 a été coupé par des ordinateurs de bord. La sonde a continué son ascension jusqu’à une centaine de kilomètres au-dessus du sol. La capsule s’est alors détachée et a dérivé vers la Terre grâce à un système de parachute.

La manoeuvre était beaucoup plus délicate concernant la fusée. Huit freins ont été actionnés dans un premier temps pour réduire sa vitesse à 622 km/h, puis à 191 km/h via des ailettes à commande hydraulique. En bout de course, le moteur de propulsion hydrogène et gaz naturel liquéfié BE-3 a permis de ralentir encore davantage la vitesse durant les trois derniers kilomètres. Enfin, le déploiement du train d’atterrissage a assuré une pose toute en douceur à la verticale sur le site même de son lancement dans l’Ouest du Texas.

La vidéo, mise en scène comme un blockbuster, est visible sur Youtube :

Jeff Bezos fait mieux qu'Elon Musk

Le patron d'Amazon apparaît à plusieurs reprises dans la vidéo. La première fois, on aperçoit juste son crâne chauve, la seconde on le voit sabrer le champagne avec ses équipes après le succès de l’opération, affublé d’un chapeau de cow-boy et de lunettes de soleil comme une star. Il s’est aussi fendu d’un tweet triomphant, son premier sur le réseau social :

Il a aussi signé un billet soulignant le caractère exceptionnel de cet atterrissage. "Les fusées ont toujours été des consommables. Ce n’est plus le cas maintenant".

Jeff Bezos souhaite transporter ses futurs clients dans la capsule de New Shepard qui pourrait accueillir jusqu'à six personnes. Mais il espère aussi que sa société aidera à explorer plus avant le système solaire.

Ce 23 novembre, il s’est montré lyrique et ambitieux, parlant de "développer une présence humaine durable ans l’espace". Son travail et celui de son équipe serait de faire en sorte qu’un jour "des millions de personnes puissent vivre et travailler dans l’espace". Il conclut son texte par sa devise latine favorite : "Gradatim ferociter". Pas à pas, courageusement.

Jeff Bezos n’a donc rien à envier à Elon Musk et son rêve de coloniser Mars. Il vient même de remporter une victoire sur le fondateur de Space X, qui n’est toujours pas parvenu à contrôler la descente sur une barge du premier étage du lanceur Falcon 9 de sa capsule Dragon. Airbus aussi travaille à un système de drone qui permettrait de ramener sur Terre la partie la plus onéreuse des fusées pour la réutiliser. Blue Origin vient de prendre le leadership sur ses concurrents.

Bon joueur, Elon Musk a tout de même félicité Jeff Bezos sur Twitter :

Mais il a aussi rappelé que Space X avait déjà réussi à faire revenir 6 fusées sur terre après des vols suborbitaux et que son objectif était plus difficile à atteindre étant donné que le Falcon 9 réalisé un vol en orbite basse :

Amélie Charnay