BFM Tech

Au CES 2016, L'Oréal présente un patch anti coups de soleil

-

- - L'Oréal

La marque française veut vous protéger des méfaits du soleil par le biais d'un patch qui permet de surveiller son exposition aux UV.

L’Oréal n’est pas un acteur de la vie économique que l’on s’attend à croiser sur un salon consacré à la high-tech. Pourtant, le groupe cosmétique français est bien présent au CES et y a dévoilé un patch qui mesure le niveau d’exposition aux UV. Ce produit, My UV Patch, sera commercialisé au cours de l’année sous la marque La Roche-Posay.

L’objectif est d’éduquer les populations aux dangers de l’exposition au soleil. Il y a évidemment les coups de soleil, mais aussi les taches brunes ou les cancers de la peau. Une étude menée par la marque La Roche-Posay (détenue par le groupe L’Oréal) dans 23 pays a montré que si 92% des gens étaient conscients que l’exposition au soleil pouvait causer des maladies, seulement 18% protégeaient leur peau tout au long de l’année.

-
- © L'Oréal

Le patch d’environ 2,5 centimètres carrés et dont l'épaisseur ne dépasse pas celle d'un cheveu se porte sur le dos de la main ou sur le bras et peut être gardé jusqu’à cinq jours. Il intègre des colorants photosensibles qui changent de couleur selon la dose d’UV reçue et le type de peau sur laquelle il est appliqué. Il suffira ensuite à son porteur de le prendre en photo avec son smartphone et l’appli dédiée (sous iOs et Android) lui suggèrera la bonne protection solaire à appliquer.

L’Oréal n’est pas le premier à se tourner vers un outil high-tech pour nous protéger des méfaits du soleil. En 2014, Netatmo avait présenté June, un bijou connecté qui quantifiait la quantité d’UV absorbés par la peau. Il était, lui aussi, associé à une appli qui fournissait des conseils personnalisés. Le June de Netatmo avait été récompensé au concours CES Innovations Design and Engineering Awards 2014 dans la catégorie "Wearable Technologies".

Retrouvez toutes les actualités du CES sur 01net.com

a lire aussi 

CES 2014 : June, un petit bijou de technologie qui gagne sa place au soleil

Cécile BOLESSE