BFM Business

Le Conseil scientifique approuve le pass sanitaire et recommande de l'utiliser avec TousAntiCovid

Les 17 membres du Conseil scientifique se prononcent en faveur de l'utilisation du pass sanitaire, notamment dans sa version numérique. Ils appellent toutefois à la réalisation d'études scientifiques pour démontrer son efficacité.

Saisi par le Premier ministre Jean Castex ce 29 avril, le Conseil scientifique se prononce dans un avis en faveur du pass sanitaire, un document certifiant d'une vaccination, d'une immunité naturelle ou d'un test négatif. Comme l'a détaillé Emmanuel Macron ce 30 avril, le pass sanitaire sera notamment obligatoire pour accéder à des stades, salons et foires lors de la troisième étape du déconfinement, prévue à partir du 9 juin prochain.

"Avec l’utilisation du pass sanitaire, il est probable, quoique restant à démontrer par des études scientifiques portant sur des événements réels que le Conseil scientifique appelle de ses vœux, que le risque de contamination puisse être réduit de façon significative sur un plan sanitaire" avance le texte.

Le port du masque toujours jugé nécessaire

Le Conseil scientifique met tout de même en garde contre un relâchement trop important lié à l'utilisation du pass sanitaire. À ses yeux, ce nouvel outil pourrait permettre un assouplissement des règles de distanciation physique, mais pas la fin du port du masque.

Un maintien de "protocoles sanitaires stricts" reste indispensable selon le document, qui rappelle qu'une personne testée négative au Covid-19 deux jours avant un événement peut être contiageuse au moment de l'événement.

"Dans ces conditions, l’usage du pass sanitaire peut favoriser la reprise de certaines activités, notamment l’organisation de rassemblements, dans des conditions favorisant une réduction des risques de contamination", précise le Conseil scientifique.

Pour les grands événements, pas pour le quotidien

Le Conseil scientifique revient par ailleurs sur le cadre d'utilisation du pass sanitaire par le gouvernement. Fin avril, Emmanuel Macron a en effet assuré que le document ne serait pas exigé pour les activités "du quotidien", comme les bars, restaurants, salles de sport, théâtres ou cinémas.

"Limiter l’usage du pass sanitaire aux seuls événements rassemblant un nombre important de personnes, en excluant des actes de la vie quotidienne (se rendre sur son lieu de travail, aller dans un commerce, un établissement de formation, un café, un restaurant) peut être apprécié comme un usage proportionné comme annoncé par les autorités politiques", relève le Conseil scientifique.

Données personnelles: le format numérique plus sûr

Si le pass sanitaire sera proposé au format papier comme au format numérique, grâce à une importation du document dans l'application TousAntiCovid, le Conseil scientifique se prononce en faveur de cette seconde solution, notamment dans le but de mieux respecter la vie privée des Français.

"L’utilisation du format numérique permet à l’utilisateur de ne pas voir certaines informations et données médicales le concernant et en particulier la source d’obtention du pass sanitaire. L’utilisation et la communication du format papier à un tiers ne permet pas de masquer des données personnelles et médicales, que le contrôleur du pass sanitaire n’a pas à connaître" explique le texte.

Comme l'a précisé Cédric O, secrétaire d'État au numérique au micro d'Europe 1, un simple voyant vert ou rouge apparaîtra sur l'écran du smartphone des opérateurs amenés à contrôler les participants à un événement. À la différence d'un contrôle du pass sanitaire au format papier (prenant la forme d'un certificat de vaccination ou d'un test négatif), il ne sera donc pas possible de savoir si une personne a été vaccinée.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech