BFM Business

La Maison Blanche veut recruter des hackers avec un message caché sur son site

Le nouveau site de la Maison-Blanche.

Le nouveau site de la Maison-Blanche. - Florent Derue

Par un bref message dissimulé dans le code source du site de la Maison Blanche, Joe Biden a fait un appel du pied aux hackers ou spécialistes en sécurité informatique à même de vouloir travailler pour la nouvelle administration.

Inspecter systématiquement le code source d'un site Web est un réflexe partagé par une minorité d'internautes. La nouvelle administration part du principe que cette habitude est l'apanage d'experts en sécurité informatique. Par un bref message dissimulé dans le code du site de la Maison Blanche, l'administration de Joe Biden s'est directement adressée à cette population.

"If you’re reading this, we need your help building back better" ("Si vous lisez ce message, nous avons besoin de votre aide", avec une référence à "Build Back Better", le programme économique de Joe Biden), peut-on ainsi voir apparaître en examinant le code HTML de l'une des pages du site de la Maison-Blanche. Cette dernière invite les volontaires à envoyer leurs candidatures spontanées pour venir renflouer les rangs des experts en informatique de l'administration.

En 2014 déjà, l'ancien président Barack Obama avait fait appel à des experts en informatique pour venir réorganiser et améliorer les services gouvernementaux, notamment en modernisant le système de paiement de Medicare, le système d'assurance-santé géré par le gouvernement fédéral des Etats-Unis.

La nouvelle administration ne manque pas de missions à confier à de tels experts. Le mandat de Donald Trump aura été jalonné de cyberincidents d'ampleur. Le dernier en date restera une vaste attaque informatique, d’ampleur mondiale, désignée sous le nom de Solarwinds.

Cette cyberattaque est venue frapper de nombreuses administrations du pays, parmi lesquelles le département du Commerce, le département du Trésor, le Pentagone, plusieurs agences fédérales... ou encore l’agence du ministère de l’énergie chargée de gérer le stock d’armes nucléaires. Cette large opération a depuis été officiellement attribuée à la Russie, qui dément toute implication.

BFM Tech