BFM Business

La France vaccine encore trop peu les week-ends et jours fériés, selon Doctolib

Un soignant prépare une injectio du vaccin Coronavac du laboratoire chinois Sinovac, dans un centre de vaccination dans une école de Bangkok, le 4 mai 2021

Un soignant prépare une injectio du vaccin Coronavac du laboratoire chinois Sinovac, dans un centre de vaccination dans une école de Bangkok, le 4 mai 2021 - Lillian SUWANRUMPHA © 2019 AFP

Avec l’addition des jours fériés et des week-ends au mois de mai, le nombre d'injections va chuter à plusieurs reprises si rien n’est fait, prévient la plateforme de prise de rendez-vous médicaux.

“Vacciner le jour. Vacciner la nuit. Vacciner le week-end. Vacciner les jours fériés”. Ce jeudi 6 mai sur Twitter, Emmanuel Macron réaffirme une nouvelle fois sa volonté de tout mettre en œuvre pour accélérer le rythme de la campagne vaccinale contre le Covid-19.

Dans le même temps, la plateforme Doctolib s’entretenait avec plusieurs médias français, dont BFMTV. Selon les données de l’entreprise, qui enregistre la majorité des prises de rendez-vous de vaccination en ligne, il faut s’attendre à plusieurs décrochages au cours des prochains jours.

126.000 doses seulement le 2 mai

Selon les données de Doctolib, le nombre d'injections continue à chuter de moitié, voire davantage, les jours fériés ainsi que les week-ends. Le samedi 1er mai dernier, 210.000 doses ont été administrées, contre 541.000 la veille, le vendredi 30 avril. A peine 126.000 doses ont été injectées le dimanche 2 mai.

Sur son site, la plateforme propose désormais des projections de vaccination sur plusieurs semaines. Selon ces données, les dimanches du mois de mai resteront bien plus calmes que les autres jours, avec moins de 160.000 doses pour le 9 mai, 170.000 pour le dimanche 16 mai, 140.000 le 23 mai et moins de 180.000 pour le 30 mai. Soit une moyenne globale de 155.000 injections par dimanche sur le mois. Un chiffre bien loin du record de 637.000 injections enregistré par Doctolib, sur la seule journée du 29 avril.

Mais comme le souligne Doctolib, le manque de personnel n’est pas le principal facteur bloquant pour la vaccination. “A ce jour, la limite vient toujours du nombre de doses de vaccins” note Stanislas Niox-Château, cofondateur et PDG de l’entreprise.

L’entreprise se montre toutefois optimiste sur les prochaines semaines, en prévoyant que 20 millions de Français auront reçu au moins une dose au 15 mai prochain, ce qui correspond à l’objectif évoqué par le Premier ministre Jean Castex début mars.

La barre symbolique des 25% de Français qui ont reçu une dose a d’ailleurs été franchie ce 6 mai. Selon les projections de Doctolib, il faudra en revanche attendre le 29 juin pour que 50% des Français aient reçu leur première dose.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech