BFM Business

Jean-Louis Borloo devient président du conseil d'administration de Huawei France

Jean-Louis Borloo deveint le président du conseil d'administration de Huawei France. Ex-minsitre de Nicolas Sarkozy, il est également un proche d'Emmanuel Macron

Jean-Louis Borloo deveint le président du conseil d'administration de Huawei France. Ex-minsitre de Nicolas Sarkozy, il est également un proche d'Emmanuel Macron - ludovic MARIN / POOL / AFP

L'ex-ministre de Nicolas Sarkozy pourrait bientôt être nommé président du conseil d'administration de la filiale française du géant chinois des télécoms. Avec cette nomination, Huawei aurait un allié de poids en France, mais aussi en Europe, pour tenir tête aux Américains.

Redistribution de cartes stratégique au conseil d'administration de Huawei France. Selon une information de Challenges, Jean-Louis Borloo (68 ans), ancien ministre de Jacques Chirac puis de Nicolas Sarkozy et ex-député maire de Valenciennes, pourrait être le nouveau président du board de la filiale française du groupe chinois.

Il reprendrait le siège occupé par François Quentin, qui avait quitté son poste en décembre 2018 pour des raisons personnelles. Le site d'information économique révèle aussi que le mandat de l’autre administrateur français de Huawei dans l’Hexagone, l’avocat Dominique Villemot, un intime de François Hollande devenu soutien d’Emmanuel Macron, n’est pas renouvelé.

L'intéressé ne nie pas, mais ne confirme rien. "Il n'y a strictement rien de fait", a indiqué à l'AFP Jean-Louis Borloo en précisant que "le conseil d'administration est le 15 juillet et on en débattra à ce moment-là. Mais la question se pose, une proposition m'a été faite".

Jean-Louis Borloo faisait partie depuis 2016 du conseil d'administration de Huawei. En juillet 2016, il participait à la "Soirée singulière", un événement de relation publique organisé au Petiot Palais à Paris par le groupe chinois au cours duquel le pianiste Lang Lang donnait un concert privé.

Un "VRP de luxe"

En 2017, l'ancien maire de Valenciennes a poussé pour que sa ville devienne le site pilote en France du dispositif de vidéosurveillance développé par Huawei. Dans l'année, 217 caméras ont été installées dans les rues de la ville. Un partenariat a été signé en juillet 2017 entre le groupe chinois et la Région Hauts-de-France. Sur son site, la municipalité nordiste signale que 70 caméras doivent encore être installées d’ici à fin juin 2019.

Cette proximité avec le groupe chinois a conduit Jean-Louis Borloo à devenir un "VRP de luxe" pour le groupe accusé de fournir des informations aux services de renseignements chinois. Huawei s'en est toujours défendu et, à ce jour, aucune preuve formelle n'a jamais été apportée.

Plusieurs pays -les Etats-Unis en tête- ont déjà fermé leur frontière à ce leader des télécommunications. En France, le débat est vif. Une loi en discussion pourrait être votée pour encadrer le déploiement des technologies de télécommunication.

Ce jeudi, l'agence Bloomberg a révélé que des employés du géant chinois des télécoms collaborent avec l'armée chinoise sur des projets de recherche, contrairement à ce qu'affirme l'entreprise. Des documents montrent que ces employés ont travaillé avec des chercheurs appartenant à différentes composantes de l'Armée populaire de libération (APL).

Pascal Samama