Tech&Co
Tech

Guerre en Ukraine: Facebook et Instagram débranchent les comptes de RT et Sputnik dans l'UE

Le média d'Etat russe a vu son compte restreint ce 28 février, sur Facebook et Instagram. Il reste possible d'y accéder depuis les Etats-Unis.

Facebook et Instagram ont annoncé, par le biais du porte-parole de leur maison-mère Meta, que les comptes des médias d'Etat russes RT et Sputnik sont désormais "restreints" dans les territoires de l'Union européenne.

"Nous avons reçu des demandes de certains gouvernements et de l'Union européenne pour prendre de nouvelles mesures à l'encontre des médias d'Etat russes. En raison de la situation exceptionnelle (l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février dernier, ndlr), nous restreignons l'accès à RT et Sputnik dans l'Union européenne" a ainsi précise Nick Clegg, directeur de la communication de Meta et ancien vice-Premier ministre britannique.

Dans les faits, les comptes Facebook et Instagram de RT France, la filiale française de RT, sont devenus inaccessibles ce 28 février au soir, au même titre que l'ensemble des éditions internationales de RT.

Ils n'ont toutefois pas été supprimés pour autant: s'ils sont désormais inaccessibles depuis la France, ils restent accessibles depuis les Etats-Unis, selon les observations de BFMTV.

Facebook, avant YouTube et Twitter?

Auprès de BFMTV, le secrétaire d'Etat au numérique Cédric O assurait ce 28 février "s'impatienter" que les géants américains du numérique prennent de telles mesures pour contrer ce qui est décrit par le gouvernement et l'UE comme de la propagande russe, sur fond de guerre en Ukraine.

Dans les prochaines heures, un texte de l'Union européenne devrait venir encadrer ce bannissement de RT et Sputnik dans l'UE. Toujours auprès de BFMTV, Cédric O explique s'attendre à ce qu'il impose à toutes les plateformes d'interdire l'accès aux comptes des médias d'Etat russes sur les réseaux sociaux, mais aussi à leurs sites Web respectifs.

Dans l'Hexagone, le compte Facebook de RT France compte 1,6 million d'abonnés. Il a généré environ un million d'interactions - la somme des réactions, commentaires et partages - sur le seul mois de février, soit autant que le média public français franceinfo.

Les autres plateformes, à commencer par YouTube et Twitter, devraient prochainement annoncer des sanctions équivalentes.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech