Depuis la désignation en 2017 du prince héritier Mohamed ben Salmane, la répression contre les dissidents s’est accentuée.
 

Le pays serre la vis sur la liberté d’expression de ses citoyens en ligne. Les auteurs de contenus satiriques publiés sur Internet s’exposent à cinq ans de prison.

Votre opinion

Postez un commentaire