BFM Business

Cette intelligence artificielle détecte le Covid-19 en analysant le son d'une toux

Campagne de tests du Covid-19 en Slovaquie, le 31 octobre 2020.

Campagne de tests du Covid-19 en Slovaquie, le 31 octobre 2020. - VLADIMIR SIMICEK / AFP

Des chercheurs du MIT ont mis au point une solution à même d'établir un pré-diagnostic de contamination par le Covid-19, à partir de l'analyse automatique d'une toux. Cette solution pourrait à terme être intégrée à une application mobile.

Elle différencie les cas asymptomatiques des cas sains. La toux est un élément à prendre en compte pour un diagnostic de contamination au Covid-19. Indiscernables à la seule ouïe humaine, ses modulations peuvent être repérées et analysées par une intelligence artificielle élaborée par des chercheurs du MIT, le prestigieux institut de recherche américain situé aux alentours de Boston.

A la seule analyse de la toux d'un patient, cette même intelligence artificielle peut repérer s'il est, ou non, atteint par le virus. Les chercheurs font pour le moment valoir un taux de précision quasi optimal. Ainsi, 98,5 % des personnes décelées positives au virus par leur intelligence artificielle l'avaient effectivement contracté. Et, sur ce total, 100% des patients asymptomatiques ont été correctement dépistés.

200.000 échantillons de toux

Ces travaux, lancés avant le début de l'épidémie, initialement pour dépister la maladie d'Alzheimer, s'appuient sur des dizaines de milliers d'échantillons audio de toux et de mots prononcés. Les chercheurs en ont en tout collecté, par eux-mêmes, plus de 70.000, pour plus de 200.000 échantillons de toux.

Les chercheurs du MIT entendent intégrer leur solution à une application mobile, sous réserve qu'elle soit approuvée par la FDA, l'agence qui autorise la commercialisation des aliments et médicaments aux Etats-Unis. Elle permettrait dès lors de présélectionner gratuitement, rapidement, et de manière non invasive les personnes amenées à se faire dépister, y compris les cas asymptomatiques.

Les utilisateurs de l'application devraient, dans ces conditions, se prêter à un exercice simple: s'y connecter régulièrement pour tousser à proximité de leur téléphone, et voir le diagnostic s'afficher à l'écran. Pour Brian Subirana, l'un des auteurs de l'étude, cet outil viendrait notamment trouver une utilité concrète et endiguer la propagation de la maladie à condition de devenir un réflexe "avant d'aller dans une salle de classe, une usine ou un restaurant".

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech