BFM Business

À Orly, la reconnaissance faciale testée pour l'embarquement des passagers

Un vol sera dans un premier temps concerné par cette expérimentation.

Un vol sera dans un premier temps concerné par cette expérimentation. - Thomas Samson - AFP

Un système de reconnaissance faciale a été mis en place à l'aéroport d'Orly. Un seul vol est pour le moment concerné.

Son lancement était prévu pour 2020, sur trois vols réguliers. La reconnaissance faciale n'aura finalement fait ses premiers pas à l'aéroport d'Orly qu'en mars 2021, et sur un seul vol. D'après Le Parisien, il est ainsi possible depuis quelques jours et pour certains passagers au départ de cet aéroport, d'embarquer grâce à un système de reconnaissance faciale.

Le principe est simple. Il suffit aux voyageurs de montrer leur visage à une caméra, pour faire ouvrir les portes et passer rapidement les contrôles, sans avoir à attendre une vérification manuelle de leurs documents. L'idée étant, in fine, de fluidifier l'embarquement des passagers.

Les données supprimées au décollage

Le dispositif vaut également pour l'enregistrement des bagages. Dans les faits, après avoir préalablement enregistré son visage, pris en photo sur une borne spécifique, le voyageur fait de même avec sa pièce d'identité et son billet d'avion. "Au dépose-bagage, la borne va reconnaître le visage du voyageur, qui n'aura plus qu'à scanner son étiquette bagage, poser sa valise sur le tapis et c'est tout", souligne un représentant d'ADP au Parisien. A l'embarquement, le passager est invité à fixer une caméra à même de reconnaître son visage, pour l'autoriser à monter à bord de l'avion.

Seuls les passagers de la compagnie Transavia, à destination du Maroc, ont pour l'heure pu tester ce dispositif à Orly. L'expérimentation va être étendue ces prochaines semaines à des vols d'Air Caraïbes à destination des DOM-TOM. Un "vrai gain de temps" a pu être noté par le personnel d'Orly, les passagers n'ayant plus à présenter leurs documents d'identité pour accéder à bord.

L'expérimentation ne revêt pas un caractère obligatoire à Orly. Certains passagers ont refusé de s'y prêter et de confier leurs données biométriques. Ces dernières sont supprimées dès le décollage de l'avion, d'après des consignes définies par la Commission nationale informatique et libertés (Cnil) dès 2019. Figurent également parmi elles le fait que le passager soit amené à s'identifier via une borne spéciale, à même de ne scanner que son propre visage et non ceux des passants alentour. A Orly, mais aussi au sein des aéroports de Roissy et de Nice, la reconnaissance faciale avait au préalable été testée pour fluidifier le passage aux frontières.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech