BFMTV

VIDEO - Mariage pour tous : bousculade au moment du vote

Une dizaine d'opposants au Mariage pour tous avaient pris place dans les tribunes du public lors du vote définitif du projet de loi. Deux d'entre eux ont tenté de déployer une banderole blanche réclamant un référendum, avant d'être énergiquement évacués p

Une dizaine d'opposants au Mariage pour tous avaient pris place dans les tribunes du public lors du vote définitif du projet de loi. Deux d'entre eux ont tenté de déployer une banderole blanche réclamant un référendum, avant d'être énergiquement évacués p - -

Une dizaine d'opposants au Mariage pour tous ont tenté ce mardi de déployer une banderole réclamant un référendum, lors du vote à l'Assemblée du projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples du même sexe. Un de ces opposants a été placé en garde à vue.

Ils ont attendu le moment du vote des députés pour tenter une dernière fois de faire entendre leur voix. Des opposants au projet de loi sur le mariage homosexuel, ont provoqué une bousculade dans les tribunes de l'Assemblée nationale mardi en tentant d'y déployer une banderole. L’un d’entre eux a été placé en garde à vue. Le jeune homme de 22 ans est poursuivi pour « violence » à l'encontre de l'un des agents du Palais-Bourbon.
Une dizaine d'opposants, selon cette source, avaient pris place dans les tribunes du public lors du vote définitif du projet de loi. Deux d'entre eux ont tenté de déployer une banderole blanche réclamant un référendum, avant d'être énergiquement évacués par des agents de l'Assemblée. Au cours de la bousculade, un agent a été « blessé », selon le président de l'Assemblée Claude Bartelone qui a annoncé qu'il portait plainte.

« Pas de place pour les ennemis de la démocratie au sein de hémicycle »

« Quels que soient les trublions qui ont voulu gâcher la fête, la loi a été votée par une belle majorité », avait commenté Claude Bartelone à l'issue du vote, regrettant que « quelques parlementaires » aient « donné des cartons d'invitations » pour « essayer de retarder le vote ». Mais « malgré ce genre de comportement, le dernier mot est revenu à l'Assemblée nationale », a-t-il dit. « J'ai porté plainte parce qu'il n'y a pas de place pour les ennemis de la démocratie au sein de hémicycle, au sein de l'Assemblée nationale, donc je veux que ces actes-là soient sanctionnés », a-t-il déclaré. Le public peut assister à une séance de l'Assemblée à l'invitation d'un député.

Ci-dessous, les incidents à l'Assemblée en vidéo

Philippe Gril avec AFP et BFMTV