BFMTV

Vallaud-Belkacem : « Voir disparaître la prostitution »

En France entre 18 000 et 20 000 personnes qui se prostituent et plus de 800 rien qu'à Paris.

En France entre 18 000 et 20 000 personnes qui se prostituent et plus de 800 rien qu'à Paris. - -

Faire disparaitre la prostitution. C'est ce que souhaite la ministre du Droit des femmes Najat Vallaud-Belkacem. Une position exprimée ce week-end dans le Journal du dimanche.

Pour certains c’est une utopie. Pour Najat Vallaud-Belkacem comme pour le Parti socialiste, faire disparaître la prostitution, c’est un vrai projet : « Mon objectif, comme le PS, c'est de voir la prostitution disparaître. Je ne suis pas naïve, je sais que c'est un chantier de long terme », explique la ministre du Droit des femmes. Elle appelle le gouvernement à « se donner les moyens » de l'abolir.

1 homme sur 8 a déjà eu recours à une prestation sexuelle tarifée

Actuellement, recourir à une personne prostituée n'est pas un délit. Depuis 2003, la loi punit le racolage passif, c'est-à-dire celui exercé par la personne prostituée sur la voie publique, de deux mois d'emprisonnement et de 3 750 euros d'amende. Mais ce texte est peu appliqué et ne prévoit rien contre les clients. D'après une récente enquête du Mouvement du Nid, un homme sur huit a déjà eu recours à une prestation sexuelle tarifée.

20 000 personnes se prostituent en France

Il y aurait aujourd'hui en France entre 18 000 et 20 000 personnes qui se prostituent et plus de 800 rien qu'à Paris. Parmi ces "travailleurs du sexe", 90% viennent de l'étranger. Pour la ministre, il faut mettre un terme à cette pratique puisque la majorité des prostituées sont victimes de violences des réseaux de proxénètes. En face, les associations de défense des droits des travailleurs du sexe dénoncent le risque d'augmentation de la clandestinité, la perte d'accès aux soins en cas d'infections et le danger pour les travailleurs indépendants qui pourraient tomber entre les mains des proxénètes.

« Père de quatre enfants, j’ai peur »

Stéphane est gérant d'une boucherie. Il habite dans le quartier de Château Rouge, dans le 18e arrondissement de Paris où de nombreuses prostituées investissent les trottoirs. Il est inquiet pour ses enfants depuis qu'il a surpris une passe dans le hall de son immeuble : « On nous a cassé la porte d’entrée principale de l’immeuble. Comme je fais le marché de Rungis, vers deux heures du matin, je peux retrouver des prostituées dans le hall de l’immeuble en train de faire des passes avec leur client. Leur demandant de sortir, j’ai failli me faire agresser à plusieurs reprises. Père de quatre enfants, j’ai peur car ils restent ici jusqu’à 6h ou 7h le matin ».

« Le Strass exige la démission de Vallaud-Belkacem »

Maîtresse Gilda, porte-parole du syndicat du travail sexuel (STRASS) est contre la position de la ministre du Droit des femmes : « On sait ce qu’amène la prohibition : c’est faire le jeu des criminels. L’abolitionnisme tel qu’il nous est présenté par Mme Vallaud-Belkacem et ses amis, c’est une utopie. Le Strass exige sa démission immédiate parce qu’on ne peut pas, quand on est ministre du Droit des femmes, prendre des mesures qui vont causer plus de danger et envoyer dans les pattes des proxénètes des travailleuses et des travailleurs du sexe ».

La Rédaction avec Nicolas Ledain