BFMTV

Une habitante de Saint-Denis abandonne son appartement à cause des rats

-

- - Flickr

Son calvaire devrait prendre fin dans les jours à venir grâce à une vaste opération de dératisation.

En janvier dernier, cette habitante de la cité du Franc-Moisin de Saint-Denis avait temporairement quitté son appartement après la découverte d’un énorme rat dans la cuvette des toilettes. Depuis ce jour, la vie de Fatima (nom d’emprunt) est devenue un enfer : "cela fait huit mois qu’un seau d’eau est posé sur la cuvette des WC pour les empêcher d’entrer chez moi. On m’appelle Madame Ratatouille dans le quartier" déplore-t-elle au Parisien.

Après cet incident, cette quadragénaire avait immédiatement contacté son bailleur, la Logirep, ainsi que les services d’hygiène de la ville de Saint-Denis. Tous lui avaient assuré un suivi accéléré de son dossier et des solutions rapides. Plusieurs mois plus tard, la situation de Fatima ne s’est pas arrangée, malgré une proposition de relogement refusée car jugée non-satisfaisante.

Une prolifération constante des rongeurs 

Pire, la prolifération n’en finit pas et les rongeurs gagnent petit à petit l’ensemble de l’appartement. "Dès qu’elle dort chez elle, elle m’appelle au téléphone au beau milieu de la nuit complètement paniquée par le bruit que font les bestioles" explique un proche de Fatima. Et pour cause, sous l’une des fenêtres de son domicile, plusieurs trous, départs d’immenses galeries, attestent de l’expansion des rats.

Alors pour parer à cette situation, la victime des rongeurs fait avec les moyens du bord. Souvent, elle se fait héberger par de la famille ou des amis. Et lorsqu’elle est obligée de passer la nuit dans son appartement, c’est avec "l’estomac noué" qu’elle y retourne. Barricadée dans son salon, fenêtres fermées, elle se déplace le moins possible.

Contactés par le quotidien local, les services de la ville assurent être au courant de la situation et accélérer les procédures. Dans la semaine, une opération majeure de dératisation est enfin prévue au domicile de Fatima.

Hugo Septier