BFMTV

Une chienne abandonnée trois semaines sans eau ni nourriture dans une maison

Un chien dans un refuge de la SPA à Gennevilliers, en 2007

Un chien dans un refuge de la SPA à Gennevilliers, en 2007 - Martin Bureau-AFP

Une chienne âgée de 12 ans a été sauvée in extremis par les pompiers dans le Pas-de-Calais: elle était enfermée sans eau ni nourriture à l'intérieur de la maison de ses propriétaires.

Elle était enfermée depuis trois semaines à l'intérieur de la maison de ses maîtres et n'avait plus ni eau ni nourriture. Une chienne a été sauvée in extremis en fin de semaine dernière à Camiers, un village du Pas-de-Calais, après que des voisins ont donné l'alerte, rapporte La Voix du Nord.

Un tas d'excréments derrière une fenêtre

"Depuis une dizaine de jours, on entendait des aboiements. Mais au départ, on ne distinguait pas trop d'où ça venait. Puis, la copine de mon neveu a vu un chien à l'intérieur", rapporte un riverain au quotidien régional.

Les voisins assurent n'avoir vu personne venir rendre visite à la chienne, croisée papillon, depuis que les locataires sont partis, soit "quinze jours ou trois semaines". En s'approchant de la maison, ils avaient découvert un tas d'excréments derrière une fenêtre, et avaient aussitôt appelé les pompiers.

Quatre gamelles vides

Dans la maison: quatre gamelles vides et des traces d'eau au sol. L'odeur y était insoutenable. "Ils ont un autre gros chien, mais ils l'ont pris", témoigne un voisin. La chienne était particulièrement déshydratée: elle n'a "pas cessé de boire quand les pompiers l'ont libérée".

Elle a depuis du mal à se déplacer, son train arrière ayant souffert de ce manque d'eau. La petite chienne, âgée de 12 ans, a été recueillie par la SPA et est "très amaigrie", elle "n'a plus que la peau sur les os", selon une bénévole de l'association de protection des animaux. 

La Voix du Nord assure que la gendarmerie a identifié les propriétaires de l'animal et tente d'entrer en contact avec eux. Chaque année, 100.000 animaux sont abandonnés en France, dont 60.000 durant la période estivale, rapporte la Fondation 30 Millions d'amis. Un délit passible de deux ans de prison et de 30.000 euros d'amende. 

Céline Hussonnois-Alaya