BFMTV

Une bouteille radioactive retrouvée dans une remise

Une bouteille radioactive retrouvée dans une remise - Mardi 5 avril 2016

Une bouteille radioactive retrouvée dans une remise - Mardi 5 avril 2016 - AFP

Une bouteille radioactive a légèrement contaminé six personnes dans à Bruay-la-Buissière dans le Pas-de-Calais.

Une bouteille en plastique retrouvée dans une remise à Bruay-la-Buissière dans le Pas-de-Calais a légèrement contaminé six personnes dans la nuit de lundi à mardi, d'après une information communiquée par des sources concordantes. Le contenant, rempli d'une poudre blanche, comportait l'inscription"uranium".

Au moins cinq pompiers ont été contaminés pendant quelques minutes avant de se laver les mains mais n'ont pas nécessité de prise en charge médicale. La propriétaire des lieux a elle été transférée au CHRU de Lille pour des examens de contrôle, a indiqué le sous-préfet de Béthune, Nicolas Honoré.

"La dame a dû ouvrir cette bouteille car les pompiers, arrivés sur place vers 21h00, ont constaté une légère radioactivité sur elle", a-t-il ajouté. "Les pompiers ont tout d'abord constaté que la radioactivité était quatre fois supérieure à la normale mais après s'être lavé les mains, celle-ci est rapidement revenue à la normale", a affirmé de son côté Youssef Adouiak, directeur des services techniques de cette commune d'environ 23.000 habitants.

"Sanctuariser la bouteille"

Un périmètre de sécurité d'une centaine de mètres a alors été mis en place en prévention avant que des agents de la Cellule mobile d'intervention radiologique (CMIR) de Lille n'interviennent sur les lieux pour "sanctuariser la bouteille".

Selon les premiers éléments de l'enquête, il pourrait s'agir de thorium 232, qui émet un rayonnement alpha, donc potentiellement dangereux, généralement utilisé dans l'industrie pour fabriquer des alliages notamment.

"Nous cherchons encore à savoir de quelle manière ce produit s'est retrouvé chez cette dame. Mais il semblerait qu'il provienne d'un déménagement d'une personne récemment décédé et qui travaillait dans la sidérurgie", a déclaré M. Adouiak.

A.-F. L. avec AFP