BFMTV

Un handicapé coincé dans son HLM en grève de la faim et de la soif

Jean-Christophe, le 14 mars dernier, dans son lit, où il passe la majeure partie de son temps.

Jean-Christophe, le 14 mars dernier, dans son lit, où il passe la majeure partie de son temps. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Bloqué dans son appartement HLM à Guyancourt, au 3e étage sans ascenseur depuis plusieurs années, un homme handicapé refuse de s'alimenter depuis mercredi.

Il est déterminé à aller jusqu'au bout, "jusqu'à se laisser mourir", lâche un ami, joint par BFMTV.com. Jean-Christophe Bellotti, 42 ans, a entamé une grève de la faim et de la soif depuis mercredi midi. L'homme, en situation de handicap à cause d'une maladie des os, ne peut pas sortir de son logement, au 3e étage sans ascenseur à Guyancourt, dans les Yvelines. Il ne peut pas non plus accéder aux toilettes ou à sa salle de bains depuis 2012: l'encadrement des portes ne laisse pas passer son fauteuil roulant.

>> Pourquoi est-il bloqué dans son appartement?

"L'urgence est de lui trouver d'ici demain un hébergement, même temporaire, dans un hôtel par exemple, où il puisse pendant quelques temps reprendre des forces, se doucher et sortir dehors quand il en a envie", conjure Xavier Boulanger, un de ses amis. Problème: personne n'accepte de financer cette demande pour l'instant, et lui-même n'en a pas les moyens.

Une situation inextricable

La situation paraît inextricable. En 2011, l'homme, accompagné par sa femme et sa fille de 19 ans, avec qui il vit, a entamé des démarches pour être relogé dans un appartement social suffisamment large pour le laisser passer. Depuis, la mairie lui a fait plusieurs propositions d'appartement, mais qui ne correspondaient pas à son handicap.

L'équipe socialiste, à la tête de la ville depuis 2002 et réélue dimanche dernier dès le premier tour, se défend de toute mauvaise volonté et assure faire son maximum. Ainsi, jeudi 13 mars, la femme et la fille de Jean-Christophe ont visité un appartement HLM, sur proposition de la mairie. L'endroit pourrait leur correspondre, mais nécessite des travaux de plusieurs milliers d'euros pour que le père de famille puisse y vivre. Qui les financera? Le bailleur social les acceptera-il?

La mairie se dit sans nouvelles de lui

Autant de questions qui "nécessitent que Jean-Christophe Bellotti dise oui à cet appartement pour que l'on déclenche la procédure et les demandes de travaux", répond la mairie, jointe par BFMTV.com. "Lundi, nous avons eu un accord par téléphone de Jean-Christophe Bellotti, mais nous avons besoin de recevoir des papiers, signés de sa part. Or, depuis cet appel, nous n'arrivons plus à le joindre, ni par téléphone, ni par courrier. De même pour son épouse", se dédouane la mairie, gênée aux entournures.

Xavier Boulanger, lui, ne comprend pas. "Comment Jean-Christophe peut-il accepter un appartement sans savoir si ces travaux seront réellement faits, et quand ils seront faits? Il a atteint un point de non-retour, il ne peut plus attendre. Il faut lui rendre l'humanité qu'il a perdue et le faire sortir d'ici. C'est une question d'heures." Sur son compte Twitter, Jean-Christophe Bellotti confirme.

Déjà 48h de grève de la faim et rien n'a changé. Je suis toujours enfermé à #Guyancourt et rien ne bouge, j'irai jusqu'à mourir...
— Jean-Christophe B. (@JCB78280) 27 Mars 2014
Alexandra Gonzalez