BFMTV

Tuerie de Chevaline : le suspect arrêté, un homme "très sympa, sans histoires"

Portrait-robot du suspect.

Portrait-robot du suspect. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Un ancien policier municipal de 48 ans, interpellé hier matin chez lui, à Talloires. Il présente une forte ressemblance avec le portrait-robot d'un motard aperçu près de la scène de crime.

Va-t-on enfin résoudre le mystère de la tuerie de Chevaline? Un suspect est en garde-à-vue, à la gendarmerie de Chambéry, un an et demi après les faits. C'était en septembre 2012. La fusillade en pleine forêt avait fait 3 morts d'une même famille britannique d'origine irakienne et un cycliste français, considéré comme une victime collatérale.

Mardi, les enquêteurs ont arrêté un homme qui ressemble fortement au portrait-robot largement diffusé dans la presse. L'examen de son téléphone a confirmé qu'il se trouvait dans la zone de la tuerie au moment des faits.

De nombreuses armes ont été saisies lors de la perquisition de son domicile.

Un policier municipal révoqué en juin

Cet homme de 48 ans est un ancien policier municipal. Il a été révoqué en juin dernier pour faute avant de retrouver un poste d'agent de sécurité, notamment pour des concerts à Genève.

Alexis tient le bar du village de Menthon-Saint-Bernard, où le suspect travaillait. "Je le connais depuis longtemps, a-t-il témoigné sur RMC. Je lui servais le café tous les matins. C’était quelqu'un sans histoires, à l'écoute, qui s’entendait avec tout le monde. Une personne très sympa. Je l’ai revu il y a trois jours, on a encore discuté. C’est hallucinant."

Marié, trois enfants, l'homme est aussi amateur de chasse, il collectionne les armes anciennes, et les enquêteurs ont d'ailleurs retrouvé de nombreuses armes à feu lors d'une perquisition à son domicile.

Une passion qu'il n'avait pas évoquée avec certains voisins, qui le décrivent comme un homme sans histoires et sympathique. Mais d'autres connaissances parlent plutôt d'un marginal, d'un personnage méchant. La gendarmerie a en tout cas une certitude : la présence de cet homme dans le secteur de Chevaline au moment du drame. Son téléphone portable a déclenché une antenne relais située à proximité.

La rédaction