En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
cavale-auvergne-bon-coin-societe-france
 

En cavale depuis 2014, cet Auvergnat achetait et vendait des articles sur un site de petites annonces. C'est ce qui a causé son arrestation.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • RUFA
    RUFA     

    Bonjour,

    J'ai été escroqué sur une vente de voiture sur Leboncoin d’un montant de 18 000 euros.
    Le vendeur a falsifié l'acte de vente original ainsi que le certificat de non gage, a reçu le paiement intégral du véhicule et n'a pas fourni le véhicule payé.
    La falsification du certificat de non gage a été constatée par un OPJ, enquêteur en fraude documentaire de la cellule immigration irrégulière, et j'ai apporté les preuves irréfutables que le vendeur a rétro-daté l'acte vente a une date, avant même que l'annonce de la vente du véhicule ne paraisse sur Leboncoin.
    Le vendeur a contrefait la signature de mon fils et aussi changé le montant du prix de vente du véhicule sur l'acte de vente qu'il a falsifié.

    J'ai porté plainte à la gendarmerie et l'enquête préliminaire a été mal exploitée par le gendarme qui s'occupait de ce dossier.

    Je cite comme exemple que le vendeur, lors de son audition le 07/07/2015 chez les gendarmes, a expliqué qu'il refusait d'envoyer un scanne lisible de la carte grise, de peur de se faire escroquer, alors qu'il avait déjà l'argent sur son compte et retiré 9500 euros en espèce le matin à 11H15 le 29/06/2015.

    Le Vice-Procureur a donné comme instruction aux gendarmes, de mettre en demeure le vendeur de me rembourser, mais aucun suivi n'a été effectué par les gendarmes et aucun remboursement a eu lieu à ce jour.

    L'enquête préliminaire a été clôturée le 19/12/2015.

    De l’enquête préliminaire effectuée par les deux COB, (Gendarmeries), il ressort qu’il existe une ou plusieurs raisons plausibles de présumer que la ou les infractions suivantes ont été commises et peuvent être retenues contre le vendeur:
    - ESCROQUERIE,
    - FAUX DANS UN DOCUMENT ADMINISTRATIF CONSTATANT UN DROIT, UNE IDENTITE OU UNE QUALITE, OU ACCORDANT UNE AUTORISATION
    - USAGE DE FAUX DOCUMENT ADMINISTRATIF CONSTATANT UN DROIT, UNE IDENTITE OU UNE QUALITE, OU ACCORDANT UNE AUTORISATION,

    Par courrier du 28 janvier 2016, un Substitut placé du Procureur de la République du Parquet, m’informe qu’elle a le regret de ne pouvoir donner suite à ma plainte du 29 juin 2015, car les faits que j’ai dénoncés, ne constituent pas une infraction pénale en l’absence de manœuvres frauduleuses démontrées de la part du vendeur, alors que le Vice Procureur de la République a ordonné une mise en demeure du vendeur, de me rembourser la somme que j'avais virée pour le payement.

    J'ai contesté la décision du Substitut du Procureur auprès du Procureur Général à la Cour d'Appel en apportant une synthèse pertinente de l'enquête préliminaire, qui démontre sans équivoque que le vendeur est un escroc.
    - Par courrier du 12 février 2016, j’ai contesté la décision de classement sans suite du 28 janvier 2016, du Substitut placé du Procureur de la République du Parquet, auprès de Monsieur le Procureur Général de la République de la Cour d’Appel, qui a retransmis mon courrier pour réponse au Procureur de la République,

    - Par courrier LRAR du 5 avril 2016, mon avocat, a demandé, quelles suites le Procureur de la République entend donner à mon courrier de contestation du 12 février 2016,

    - J'ai également contacté par téléphone le secrétariat du Procureur de la République le 5 avril 2016 et le 28 avril 2016, je n’ai pas eu la moindre réponse de la part du Procureur de la République concernant ma contestation du classement de l'affaire.

    - J'ai adressé un nouveau courrier LRAR au Procureur de la République du Parquet, et également auprès de Monsieur le Procureur Général de la République de la Cour d’Appel le 17 mai 2016 pour demander que cette affaire ne soit pas classée car les manœuvres frauduleuses vendeur sont parfaitement caractérisées!

    Pas une seule réponse à mes demandes ne m'a été apportée à ce jour !!!!!

    Je refuse de faire les frais d’un classement dû à une approche trop rapide de ce dossier.


    Il n’est pas acceptable, qu’une personne ne soit pas inquiétée, si celle-ci a falsifié des documents administratifs, a falsifié un acte de vente, a contrefaite la signature de mon fils, a gardé le paiement que j’ai effectué sans livrer le véhicule vendu !
    Toutes les incohérences données par le vendeur, lors de ses trois auditions, n’apparaissent pas dans le PV de synthèse du 19 décembre 2015. La falsification de l’acte de vente est à peine évoquée.

    La mise en demeure de Monsieur le Vice Procureur de me rembourser la somme que j'ai virée pour le payement du véhicule n’a donc aucune valeur.

    L'escroc peut donc continuer tranquillement ses agissements, sachant qu’il ne sera pas inquiété par le Parquet.....Et qu’il n’aura pas à payer des impôts sur ce revenu 18 000 euros issu d’une escroquerie…

    Non seulement j'ai été victime d'un escroc, mais maintenant en plus, je suis maintenant vi

  • RUFA
    RUFA     

    Bonjour,

    J'ai été escroqué sur une vente de voiture sur Leboncoin d’un montant de 18 000 euros.
    Le vendeur a falsifié l'acte de vente original ainsi que le certificat de non gage, a reçu le paiement intégral du véhicule et n'a pas fourni le véhicule payé.
    La falsification du certificat de non gage a été constatée par un OPJ, enquêteur en fraude documentaire de la cellule immigration irrégulière, et j'ai apporté les preuves irréfutables que le vendeur a rétro-daté l'acte vente a une date, avant même que l'annonce de la vente du véhicule ne paraisse sur Leboncoin.
    Le vendeur a contrefait la signature de mon fils et aussi changé le montant du prix de vente du véhicule sur l'acte de vente qu'il a falsifié.

    J'ai porté plainte à la gendarmerie et l'enquête préliminaire a été mal exploitée par le gendarme qui s'occupait de ce dossier.

    Je cite comme exemple que le vendeur, lors de son audition le 07/07/2015 chez les gendarmes, a expliqué qu'il refusait d'envoyer un scanne lisible de la carte grise, de peur de se faire escroquer, alors qu'il avait déjà l'argent sur son compte et retiré 9500 euros en espèce le matin à 11H15 le 29/06/2015.

    Le Vice-Procureur a donné comme instruction aux gendarmes, de mettre en demeure le vendeur de me rembourser, mais aucun suivi n'a été effectué par les gendarmes et aucun remboursement a eu lieu à ce jour.

    L'enquête préliminaire a été clôturée le 19/12/2015.

    De l’enquête préliminaire effectuée par les deux COB, (Gendarmeries), il ressort qu’il existe une ou plusieurs raisons plausibles de présumer que la ou les infractions suivantes ont été commises et peuvent être retenues contre le vendeur:
    - ESCROQUERIE,
    - FAUX DANS UN DOCUMENT ADMINISTRATIF CONSTATANT UN DROIT, UNE IDENTITE OU UNE QUALITE, OU ACCORDANT UNE AUTORISATION
    - USAGE DE FAUX DOCUMENT ADMINISTRATIF CONSTATANT UN DROIT, UNE IDENTITE OU UNE QUALITE, OU ACCORDANT UNE AUTORISATION,

    Par courrier du 28 janvier 2016, un Substitut placé du Procureur de la République du Parquet, m’informe qu’elle a le regret de ne pouvoir donner suite à ma plainte du 29 juin 2015, car les faits que j’ai dénoncés, ne constituent pas une infraction pénale en l’absence de manœuvres frauduleuses démontrées de la part du vendeur, alors que le Vice Procureur de la République a ordonné une mise en demeure du vendeur, de me rembourser la somme que j'avais virée pour le payement.

    J'ai contesté la décision du Substitut du Procureur auprès du Procureur Général à la Cour d'Appel en apportant une synthèse pertinente de l'enquête préliminaire, qui démontre sans équivoque que le vendeur est un escroc.
    - Par courrier du 12 février 2016, j’ai contesté la décision de classement sans suite du 28 janvier 2016, du Substitut placé du Procureur de la République du Parquet, auprès de Monsieur le Procureur Général de la République de la Cour d’Appel, qui a retransmis mon courrier pour réponse au Procureur de la République,

    - Par courrier LRAR du 5 avril 2016, mon avocat, a demandé, quelles suites le Procureur de la République entend donner à mon courrier de contestation du 12 février 2016,

    - J'ai également contacté par téléphone le secrétariat du Procureur de la République le 5 avril 2016 et le 28 avril 2016, je n’ai pas eu la moindre réponse de la part du Procureur de la République concernant ma contestation du classement de l'affaire.

    - J'ai adressé un nouveau courrier LRAR au Procureur de la République du Parquet, et également auprès de Monsieur le Procureur Général de la République de la Cour d’Appel le 17 mai 2016 pour demander que cette affaire ne soit pas classée car les manœuvres frauduleuses vendeur sont parfaitement caractérisées!

    Pas une seule réponse à mes demandes ne m'a été apportée à ce jour !!!!!

    Je refuse de faire les frais d’un classement dû à une approche trop rapide de ce dossier.


    Il n’est pas acceptable, qu’une personne ne soit pas inquiétée, si celle-ci a falsifié des documents administratifs, a falsifié un acte de vente, a contrefaite la signature de mon fils, a gardé le paiement que j’ai effectué sans livrer le véhicule vendu !
    Toutes les incohérences données par le vendeur, lors de ses trois auditions, n’apparaissent pas dans le PV de synthèse du 19 décembre 2015. La falsification de l’acte de vente est à peine évoquée.

    La mise en demeure de Monsieur le Vice Procureur de me rembourser la somme que j'ai virée pour le payement du véhicule n’a donc aucune valeur.

    L'escroc peut donc continuer tranquillement ses agissements, sachant qu’il ne sera pas inquiété par le Parquet.....Et qu’il n’aura pas à payer des impôts sur ce revenu 18 000 euros issu d’une escroquerie…

    Non seulement j'ai été victime d'un escroc, mais maintenant en plus, je suis maintenant vi

  • RUFA
    RUFA     

    Bonjour,

    J'ai été escroqué sur une vente de voiture sur Leboncoin d’un montant de 18 000 euros.
    Le vendeur a falsifié l'acte de vente original ainsi que le certificat de non gage, a reçu le paiement intégral du véhicule et n'a pas fourni le véhicule payé.
    La falsification du certificat de non gage a été constatée par un OPJ, enquêteur en fraude documentaire de la cellule immigration irrégulière, et j'ai apporté les preuves irréfutables que le vendeur a rétro-daté l'acte vente a une date, avant même que l'annonce de la vente du véhicule ne paraisse sur Leboncoin.
    Le vendeur a contrefait la signature de mon fils et aussi changé le montant du prix de vente du véhicule sur l'acte de vente qu'il a falsifié.

    J'ai porté plainte à la gendarmerie et l'enquête préliminaire a été mal exploitée par le gendarme qui s'occupait de ce dossier.

    Je cite comme exemple que le vendeur, lors de son audition le 07/07/2015 chez les gendarmes, a expliqué qu'il refusait d'envoyer un scanne lisible de la carte grise, de peur de se faire escroquer, alors qu'il avait déjà l'argent sur son compte et retiré 9500 euros en espèce le matin à 11H15 le 29/06/2015.

    Le Vice-Procureur a donné comme instruction aux gendarmes, de mettre en demeure le vendeur de me rembourser, mais aucun suivi n'a été effectué par les gendarmes et aucun remboursement a eu lieu à ce jour.

    L'enquête préliminaire a été clôturée le 19/12/2015.

    De l’enquête préliminaire effectuée par les deux COB, (Gendarmeries), il ressort qu’il existe une ou plusieurs raisons plausibles de présumer que la ou les infractions suivantes ont été commises et peuvent être retenues contre le vendeur:
    - ESCROQUERIE,
    - FAUX DANS UN DOCUMENT ADMINISTRATIF CONSTATANT UN DROIT, UNE IDENTITE OU UNE QUALITE, OU ACCORDANT UNE AUTORISATION
    - USAGE DE FAUX DOCUMENT ADMINISTRATIF CONSTATANT UN DROIT, UNE IDENTITE OU UNE QUALITE, OU ACCORDANT UNE AUTORISATION,

    Par courrier du 28 janvier 2016, un Substitut placé du Procureur de la République du Parquet, m’informe qu’elle a le regret de ne pouvoir donner suite à ma plainte du 29 juin 2015, car les faits que j’ai dénoncés, ne constituent pas une infraction pénale en l’absence de manœuvres frauduleuses démontrées de la part du vendeur, alors que le Vice Procureur de la République a ordonné une mise en demeure du vendeur, de me rembourser la somme que j'avais virée pour le payement.

    J'ai contesté la décision du Substitut du Procureur auprès du Procureur Général à la Cour d'Appel en apportant une synthèse pertinente de l'enquête préliminaire, qui démontre sans équivoque que le vendeur est un escroc.
    - Par courrier du 12 février 2016, j’ai contesté la décision de classement sans suite du 28 janvier 2016, du Substitut placé du Procureur de la République du Parquet, auprès de Monsieur le Procureur Général de la République de la Cour d’Appel, qui a retransmis mon courrier pour réponse au Procureur de la République,

    - Par courrier LRAR du 5 avril 2016, mon avocat, a demandé, quelles suites le Procureur de la République entend donner à mon courrier de contestation du 12 février 2016,

    - J'ai également contacté par téléphone le secrétariat du Procureur de la République le 5 avril 2016 et le 28 avril 2016, je n’ai pas eu la moindre réponse de la part du Procureur de la République concernant ma contestation du classement de l'affaire.

    - J'ai adressé un nouveau courrier LRAR au Procureur de la République du Parquet, et également auprès de Monsieur le Procureur Général de la République de la Cour d’Appel le 17 mai 2016 pour demander que cette affaire ne soit pas classée car les manœuvres frauduleuses vendeur sont parfaitement caractérisées!

    Pas une seule réponse à mes demandes ne m'a été apportée à ce jour !!!!!

    Je refuse de faire les frais d’un classement dû à une approche trop rapide de ce dossier.


    Il n’est pas acceptable, qu’une personne ne soit pas inquiétée, si celle-ci a falsifié des documents administratifs, a falsifié un acte de vente, a contrefaite la signature de mon fils, a gardé le paiement que j’ai effectué sans livrer le véhicule vendu !
    Toutes les incohérences données par le vendeur, lors de ses trois auditions, n’apparaissent pas dans le PV de synthèse du 19 décembre 2015. La falsification de l’acte de vente est à peine évoquée.

    La mise en demeure de Monsieur le Vice Procureur de me rembourser la somme que j'ai virée pour le payement du véhicule n’a donc aucune valeur.

    L'escroc peut donc continuer tranquillement ses agissements, sachant qu’il ne sera pas inquiété par le Parquet.....Et qu’il n’aura pas à payer des impôts sur ce revenu 18 000 euros issu d’une escroquerie…

    Non seulement j'ai été victime d'un escroc, mais maintenant en plus, je suis maintenant vi

  • RUFA
    RUFA     

    Bonjour,

    J'ai été escroqué sur une vente de voiture sur Leboncoin d’un montant de 18 000 euros.
    Le vendeur a falsifié l'acte de vente original ainsi que le certificat de non gage, a reçu le paiement intégral du véhicule et n'a pas fourni le véhicule payé.
    La falsification du certificat de non gage a été constatée par un OPJ, enquêteur en fraude documentaire de la cellule immigration irrégulière, et j'ai apporté les preuves irréfutables que le vendeur a rétro-daté l'acte vente a une date, avant même que l'annonce de la vente du véhicule ne paraisse sur Leboncoin.
    Le vendeur a contrefait la signature de mon fils et aussi changé le montant du prix de vente du véhicule sur l'acte de vente qu'il a falsifié.

    J'ai porté plainte à la gendarmerie et l'enquête préliminaire a été mal exploitée par le gendarme qui s'occupait de ce dossier.

    Je cite comme exemple que le vendeur, lors de son audition le 07/07/2015 chez les gendarmes, a expliqué qu'il refusait d'envoyer un scanne lisible de la carte grise, de peur de se faire escroquer, alors qu'il avait déjà l'argent sur son compte et retiré 9500 euros en espèce le matin à 11H15 le 29/06/2015.

    Le Vice-Procureur a donné comme instruction aux gendarmes, de mettre en demeure le vendeur de me rembourser, mais aucun suivi n'a été effectué par les gendarmes et aucun remboursement a eu lieu à ce jour.

    L'enquête préliminaire a été clôturée le 19/12/2015.

    De l’enquête préliminaire effectuée par les deux COB, (Gendarmeries), il ressort qu’il existe une ou plusieurs raisons plausibles de présumer que la ou les infractions suivantes ont été commises et peuvent être retenues contre le vendeur:
    - ESCROQUERIE,
    - FAUX DANS UN DOCUMENT ADMINISTRATIF CONSTATANT UN DROIT, UNE IDENTITE OU UNE QUALITE, OU ACCORDANT UNE AUTORISATION
    - USAGE DE FAUX DOCUMENT ADMINISTRATIF CONSTATANT UN DROIT, UNE IDENTITE OU UNE QUALITE, OU ACCORDANT UNE AUTORISATION,

    Par courrier du 28 janvier 2016, un Substitut placé du Procureur de la République du Parquet, m’informe qu’elle a le regret de ne pouvoir donner suite à ma plainte du 29 juin 2015, car les faits que j’ai dénoncés, ne constituent pas une infraction pénale en l’absence de manœuvres frauduleuses démontrées de la part du vendeur, alors que le Vice Procureur de la République a ordonné une mise en demeure du vendeur, de me rembourser la somme que j'avais virée pour le payement.

    J'ai contesté la décision du Substitut du Procureur auprès du Procureur Général à la Cour d'Appel en apportant une synthèse pertinente de l'enquête préliminaire, qui démontre sans équivoque que le vendeur est un escroc.
    - Par courrier du 12 février 2016, j’ai contesté la décision de classement sans suite du 28 janvier 2016, du Substitut placé du Procureur de la République du Parquet, auprès de Monsieur le Procureur Général de la République de la Cour d’Appel, qui a retransmis mon courrier pour réponse au Procureur de la République,

    - Par courrier LRAR du 5 avril 2016, mon avocat, a demandé, quelles suites le Procureur de la République entend donner à mon courrier de contestation du 12 février 2016,

    - J'ai également contacté par téléphone le secrétariat du Procureur de la République le 5 avril 2016 et le 28 avril 2016, je n’ai pas eu la moindre réponse de la part du Procureur de la République concernant ma contestation du classement de l'affaire.

    - J'ai adressé un nouveau courrier LRAR au Procureur de la République du Parquet, et également auprès de Monsieur le Procureur Général de la République de la Cour d’Appel le 17 mai 2016 pour demander que cette affaire ne soit pas classée car les manœuvres frauduleuses vendeur sont parfaitement caractérisées!

    Pas une seule réponse à mes demandes ne m'a été apportée à ce jour !!!!!

    Je refuse de faire les frais d’un classement dû à une approche trop rapide de ce dossier.


    Il n’est pas acceptable, qu’une personne ne soit pas inquiétée, si celle-ci a falsifié des documents administratifs, a falsifié un acte de vente, a contrefaite la signature de mon fils, a gardé le paiement que j’ai effectué sans livrer le véhicule vendu !
    Toutes les incohérences données par le vendeur, lors de ses trois auditions, n’apparaissent pas dans le PV de synthèse du 19 décembre 2015. La falsification de l’acte de vente est à peine évoquée.

    La mise en demeure de Monsieur le Vice Procureur de me rembourser la somme que j'ai virée pour le payement du véhicule n’a donc aucune valeur.

    L'escroc peut donc continuer tranquillement ses agissements, sachant qu’il ne sera pas inquiété par le Parquet.....Et qu’il n’aura pas à payer des impôts sur ce revenu 18 000 euros issu d’une escroquerie…

    Non seulement j'ai été victime d'un escroc, mais maintenant en plus, je suis maintenant vi

Votre réponse
Postez un commentaire