BFMTV

Tee-shirt ‘Jihad’ : « Se faire accuser d’apologie de crime est ridicule»

La mère de Jihad encourt cinq ans de prison et une amende de 45 000 euros

La mère de Jihad encourt cinq ans de prison et une amende de 45 000 euros - -

« Je suis une bombe » devant, « Jihad né le 11 septembre » derrière, ces mentions sur le tee-shirt d’un enfant de 3 ans valent à sa mère et son oncle, de confession musulmane, de se retrouver mercredi devant le tribunal correctionnel d’Avignon pour « apologie de crime ». Les accusés ne comprennent pas l’émotion suscitée.

Le Tee-shirt qui fait polémique marqué « Je suis une bombe » côté pile et « Jihad né le 11 septembre » côté face, du prénom de son propriétaire de trois ans, lui avait été offert par son oncle Zeyad. L’enfant l’a porté à son école de Sorgues dans le Vaucluse le 25 septembre dernier. Pas du goût de l’institutrice, qui a demandé à la mère de le lui enlever. Quelques jours plus tard, le maire de Sorgues portait plainte. La mère et l'oncle sont convoqués demain mercredi au tribunal correctionnel d'Avignon afin d'être jugés.

« Aucune apologie »

Pour Gaëlle Guenoun, l’avocate de la mère, « l’émotion suscitée » est disproportionnée. « Mes clients n’ont pas fait d’apologie. Jihad, c’est le prénom que son père a choisi pour lui. Il est né le 11 septembre, pour sa mère c’est le jour où elle lui a donné naissance. Elle a fait porter une seule fois à son fils le tee-shirt offert par son oncle. L’expression ‘je suis une bombe’ signifie dans le langage courant qu’un garçon est très beau. C’était peut-être maladroit mais il n’y a eu aucune mauvaise intention ».

« Le 11 septembre reste marquant dans l’esprit des gens »

Zeyad, l’oncle de Jihad, auteur de ce cadeau empoisonné, affirme également qu’il y a un vrai malentendu. « Au départ je n’avais pas calculé le rendu provoqué par les deux inscriptions. Je pensais que les gens pourraient rapprocher le jeu de mots avec les attentats du 11 septembre, mais de là à accuser quelqu'un d’apologie de crime, surtout pour avoir fait porter le tee-shirt à un petit de 3 ans, c’est vraiment ridicule » se défend-t-il.
Malgré les excuses de la famille, le maire UMP de Sorgues Thierry Lagneau a porté plainte et tenu à ce que l’affaire aille jusqu’au tribunal. « Le 11 septembre reste marquant dans l’esprit des gens et avait suscité un véritable émoi ». L’élu ne croit pas à la simple plaisanterie : « on n’a pas mis la date de naissance complète de l’enfant mais juste ‘né le 11 septembre’ » souligne-t-il. L’oncle et la mère de Jihad encourent cinq ans de prison et une amende de 45 000 euros.

Claire Béziau, avec Lionel Dian