BFMTV

Tabac: la fumée de cigarette reste nocive pendant 18 heures

Même lorsqu'une cigarette est éteinte, ses émanations continuent d'être nocives pendant des heures.

Même lorsqu'une cigarette est éteinte, ses émanations continuent d'être nocives pendant des heures. - Mark Chatterley - Flickr - CC

Fumer quand la maison est vide et que les enfants sont à l'école n'est pas une solution. Les résidus de fumée de cigarette restent une source d'exposition aux polluants nocifs pendant de longues heures.

Non seulement il sent mauvais, mais le tabac froid est également dangereux. Après qu'une cigarette a été fumée, des particules de tabac restent présentes dans les tissus d’intérieur, tapis, rideaux, sur les murs, les meubles... Elles peuvent s'avérer nocives pendant 18 heures selon une étude publiée récemment.

"C’est assez simple", résume pour BFMTV.com le Pr. Yves Martinet, chef du service de pneumologie au CHU de Nancy, et président du Comité national contre le tabagisme, "la fumée se répartit dans l’air: nicotine, goudrons, particules fines… Certains produits toxiques se fixent sur les tissus et sont libérés régulièrement dans l’air dans les heures qui suivent".

Des substances dans l'air pendant au moins 18 heures

Une étude franco-américaine, parue dans la revue Environmental Science & Technology, estime que ces émanations dangereuses se prolongent jusqu'à 18 heures. Les chercheurs des universités de Berkeley et Clermont-Ferrand ont analysé les niveaux de 58 composés organiques volatils (COV) et des particules ultra-fines dans deux environnements.

Dans un laboratoire de 18m3 ventilé, ils ont utilisé une machine à fumer qui a consommé des cigarettes, puis ils ont effectué des mesures pendant 18 heures. La nicotine avait disparu à l’état gazeux après deux heures, "probablement en raison de l’absorption par les surfaces", précise l’étude.

D'autres COV ont persisté dans l'air jusqu'à la fin des mesures, en particulier, du carbone, des furanes et des nitriles. Les concentrations de certains COV excédaient même encore les seuils jugés dangereux quelques 18 heures plus tard.

Les chercheurs ont également réalisé des relevés sur le terrain, dans la maison d’un fumeur, 8 heures après la dernière consommation de cigarette. Là, 29 COV ont été détectés à des concentrations modérées à élevées, dont 18 étaient aussi présents dans l'air extérieur.

Tabagisme environnemental et tabagisme passif

Les chercheurs notent que le danger lié aux résidus augmente fortement pendant 5 heures, puis plus progressivement pendant 5 heures avant de diminuer lentement. "De nombreux fumeurs savent que le tabagisme passif est dangereux, ils ne fument donc pas en présence de leur enfant. Mais si, par exemple, ils arrêtent de fumer à 14 heures, et que les enfants rentrent à 16 heures, nos travaux montrent que les dégâts liés au tabagisme environnemental s’élèvent toujours à 60 %", explique Hugo Destaillats, principal auteur de l’étude, dans un communiqué publié cette semaine sur le site de l'université de Berkeley

Alors pour les enfants, quels sont les risques? "Les mêmes que ceux liés au tabac : cancers, maladies cardiovasculaires, maladies respiratoires...", liste Yves Martinet que cette étude ne surprend pas, "cela ne fait que confirmer les risques liés au tabagisme passif. Il ne s’agit pas d’une curiosité, mais bien d’un risque sanitaire important". Pour lui, il n’y a pas de secret: "Pour protéger ses proches, il faut fumer dehors. Quant au fumeur, qui fume dedans, il s’expose à la double peine", déplore le médecin. Mal connu, le tabagisme environnemental pourrait représenter de 5 à 60% du tabagisme passif, précise encore l'étude.

Aurélie Delmas