BFMTV

Symbole de la défense des bruits de la campagne, le coq Maurice est mort

Maurice le coq a gagné son procès. Il avait été accusé de chanter trop tôt par un couple de voisins retraités, à Saint-Pierre d'Oléron. Le jugement s'est tenu ce jeudi 5 septembre.

Maurice le coq a gagné son procès. Il avait été accusé de chanter trop tôt par un couple de voisins retraités, à Saint-Pierre d'Oléron. Le jugement s'est tenu ce jeudi 5 septembre. - Brightcove

Jugé au tribunal pour nuisances sonores après une plainte du voisinage, le coq Maurice avait été relaxé, la justice déclarant qu'il avait le droit de chanter. L'animal était alors devenu le symbole de la préservation des bruits de la campagne.

Le coq Maurice, devenu célèbre pour ses vocalises dérangeant le voisinage, est mort à Saint-Pierre-d'Oléron (Charente-Maritime). L'animal s'est éteint début mai "juste avant le déconfinement", rapporte sa propriétaire, Corinne Fesseau, sur France Bleu ce jeudi. Il souffrait du coryza, une maladie contagieuse touchant les animaux.

Maurice avait marqué les esprits pour son passage au tribunal. Accusé par des voisins de nuisances sonores, il avait été jugé en juillet dernier au tribunal de grande instance de Rochefort. La justice avait rejeté la plainte des voisins, et déclaré que le coq pouvait continuer de chanter.

Les plaignants avaient même dû verser 1000 euros de dommages et intérêts à Corinne Fesseau.

Les propriétaires du coq Maurice ont annoncé qu'ils avaient déjà un nouveau coq:

"Maurice II, qui est le propre frère utérin de Maurice I, a fait son entrée au poulailler familial accompagné de deux nouvelles poulettes", a déclaré Corinne Fesseau à Sud Ouest.

Cette affaire avait été portée au plan national, avec une proposition de loi visant à protéger les bruits de la campagne, mais aussi international: un maire avait même demandé l'inscription des bruits ruraux au patrimoine de l'Unesco.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV