BFMTV

Suivre la finale de la Coupe du monde dans un avion? Ces compagnies ont tout prévu

Afin de ne rien manquer du rendez-vous de dimanche, plusieurs dispositifs seront mis en place dans certains aéroports, mais aussi en l'air.

Cela faisait des années que les Français attendaient ça. Ce dimanche, l’équipe de France de football a la possibilité de décrocher une deuxième Coupe du Monde en affrontant la Croatie en finale de la compétition. Et si les supporters des Bleus s’organisent déjà pour que ce jour reste inoubliable, tous ne pourront pas voir la rencontre. Hasard du calendrier ou mauvaise organisation, ils seront en effet nombreux, à attendre le départ d'un vol dans les aéroports parisiens.

A événement exceptionnel, dispositif exceptionnel. A l'aéroport d’Orly, une zone spécifiquement dédiée aux retransmissions sportives a été installée et les voyageurs pourront profiter d’un écran géant pour suivre la rencontre. Une initiative saluée par les voyageurs: "c’est très bien vu l’importance de l’événement" explique une passagère, rejointe par un voyageur qui souligne également que "c’est un bon moyen de discuter avec les gens".

"Live" assuré par les pilotes

Les compagnies aériennes se mobilisent également. Transavia par exemple va distribuer un kit de supporter à ses passagers qui comprend une petite banderole, des drapeaux, des écharpes, des colliers. "De quoi créer une atmosphère très festive à bord de nos avions" souligne Nicolas Hénin, DGA commercial de la compagnie.

Et pour les supporters en vol au moment du match, un suivi devrait être assuré par les commandants de bord, qui seront eux-mêmes tenus informés via radio. "Ça provoque des réactions de dingue dans la cabine en général, surtout là, on est en finale" décrit une chef de cabine.

"Les gens applaudissent, crient, c’est unique." Malgré l’agitation, cette dernière assure devoir "faire respecter la sécurité et maintenir les gens assis" pour éviter tout incidents.

Pour les plus chanceux, certaines compagnies devraient également diffuser la finale sur ses écrans, via leur dispositif de divertissement à bord.

Hugo Septier