BFMTV

SOS Amitié ne peut répondre qu'à un appel sur quatre

SOS Amitié souhaite ouvrir un huitième centre d'appels en région parisienne en septembre 2015.

SOS Amitié souhaite ouvrir un huitième centre d'appels en région parisienne en septembre 2015. - Pierre Verdy - AFP

Le service d'écoute pour lutter contre la solitude a annoncé ne pas pouvoir venir en aide à toutes les personnes qui le contactent, malgré ses 1.600 "écoutants".

"SOS Amitié bonjour!" Cette phrase rendue célèbre par le film Le père Noël est une ordure a résonné 676.000 fois l'année dernière. Un chiffre important mais pas suffisant pour le service d'écoute, qui oeuvre au quotidien pour la prévention du suicide, et qui lance un cri d'alarme.

Malgré ses 1.600 "écoutants", SOS Amitié ne peut aujourd'hui répondre qu'à un appel sur quatre. "Nous avons pris 676.000 appels en 2013, malheureusement nous ne pouvons répondre qu'à un appel sur quatre" en France, a précisé devant la presse Maxime Bonin, président de SOS Amitié Paris Île-de-France. "C'est plus de 2,5 millions de personnes qui essayent de nous joindre chaque année, et imaginez la démarche de nous appeler, quand on va mal..."

Des étudiants en renfort

Disposant de 50 centres d'appels en France, les 1.600 "écoutants", principalement des retraités, se relaient pour assurer 46 tranches de quatre heures de permanence dans l'année. Un rythme qui leur impose une présence une fois au moins par semaine après une formation initiale et continue, dispensée par des psychiatres et des psychothérapeutes.

Afin d'étendre son écoute, SOS Amitié souhaite ouvrir en septembre 2015 un huitième centre en région parisienne, pour "répondre à 10.000 appels supplémentaires". Une centaine d'étudiants de l'ISCPA, une école de journalisme, communication et production audiovisuelle, vont tenter de lever 30.000 euros, une somme qui correspond au paiement du loyer sur un an, à l'abonnement téléphonique, au recrutement et à la formation des écoutants, entre autres coûts.

J.C. avec AFP