BFMTV

Sondage: la quasi-totalité des 7-11 ans sont heureux

Jouer après l'école, le grand plaisir des enfants entre 7 et 11 ans.

Jouer après l'école, le grand plaisir des enfants entre 7 et 11 ans. - BFMTV

Pour son 40e anniversaire, Astrapi a enquêté sur l'état d'esprit de son lectorat. Et les nouvelles sont très bonnes.

Selon une enquête d'Astrapi (Bayard Presse), le magazine bimensuel des 7-11 ans, les enfants de cette tranche d'âge se déclarent à 98% heureux. A ce niveau de satisfaction, on est presque dans la marge d'erreur. De quoi rassurer les parents. D'après l'enquête, le jeu apparaît comme étant l'une des premières satisfactions des enfants, après l'indispensable affection de leurs parents et le fait d'avoir des copains, copines.

Est-ce au collège et avec la préadolescence que les choses se gâtent? Toujours est-il qu'en primaire, neuf enfants sur dix se disent heureux d'aller à l'école. En revanche, la moitié d'entre eux regrettent d'avoir été la cible de moqueries. Dans le même ordre d'idées, les enfants redoutent de se faire gronder par leurs parents.

40 ans de succès pour Astrapi

Depuis quatre décennies, quelque 110 numéros plus tard, le succès d'Astrapi ne se dément pas. Les ventes se situent à 70.000 exemplaires par numéro, une très bonne performance en l'état actuel de la presse écrite. Un peu moins connu que ses grands frères Okapi ou Phosphore, Astrapi s'est fait une place dans la presse jeunesse en mêlant actualités, gags, BD et bricolages. Selon la rédactrice en chef Gwénaelle Boulet interrogée par Télérama, le magazine reçoit entre 300 et 400 courriers d'enfants chaque mois.

En 2016, l'équipe a lancé une nouvelle formule pour relancer les abonnements, en perte de vitesse: "On voulait qu'il y ait plus d'enfants dans nos pages, plus de recommandations entre pairs et d'interactions" raconte Gwénaelle Boulet. A l'heure des réseaux sociaux, le magazine quadragénaire donne aussi davantage de place à la photo. Résultat: la diffusion a progressé de 17%.

D. N. avec Loic Gazard, Johanna Gighlia et Olivier Boulenc