BFMTV

Seuls 14% des 18-24 ans sont en conflit avec leurs parents

La majorité des 18-24 entretiennent de bonnes relations avec leurs parents

La majorité des 18-24 entretiennent de bonnes relations avec leurs parents - Pixabay

Selon une étude l'Insee, les jeunes adultes entretiennent pour la grande majorité de bonnes relations avec leurs parents. Les tensions qui peuvent exister sont quant à elles souvent liées à l'argent.

Les 18-24 ans s'entendent bien avec leurs parents. C'est en tout cas ce que révèle une étude de l'Insee publiée le 20 décembre. Selon l'Institut, 65% des jeunes adultes déclarent n'avoir aucun problème particulier avec leurs parents, soit six jeunes sur dix, et 21% d'entre eux n'avoir que des disputes épisodiques. Ils sont seulement 14% à reconnaître se heurter régulièrement.

Lorsqu'ils ne vivent pas chez leurs parents, les jeunes les appellent régulièrement, leur mère en particulier. Selon l'Insee, huit sur dix leur téléphone au moins une fois par semaine, notamment les jeunes femmes (neuf sur dix).

Les parents sont souvent considérés comme des confidents et tous les sujets peuvent être abordés en famille. En ce qui concerne les sujets plus intimes comme la vie sexuelle ou amoureuse, ce sont les mères qui sont le plus sollicitées.

Des tensions liées à l'argent

L'étude de L'insee révèle également qu'entre jeunes adultes et parents, les tensions, lorsqu'il y en a, sont souvent liées aux difficultés financières des jeunes. Les relations auront donc tendance à être plus mauvaises quand l'enfant est au chômage. Parmi ceux qui ont rompu toute relation avec au moins l’un de leurs parents, 33 % sont au chômage, contre 18 % parmi les autres jeunes adultes.

L'aspect financier a donc un impact sur la bonne entente, mais l'inverse est aussi vrai: les étudiants sont moins aidés par leurs parents quand l'ambiance est tendue. L'aide financière est en moyenne de 320 euros par mois pour ceux qui s'entendent bien, contre 200 euros pour ceux qui connaissent des tensions plus fréquentes.

Lorsque les parents ont un faible niveau de vie, les jeunes déclarent également des conflits plus fréquents avec au moins un des deux: c’est le cas pour 23 % des jeunes adultes dont les parents font partie des 20 % les plus modestes, contre 8% des 18-24 ans dont les parents appartiennent aux 20 % les plus aisés.

L'influence des séparations

Enfin, l'Insee constate que les séparations ont une forte influence sur les relations. Les jeunes de 18 à 24 ans aux parents séparés et en contact avec au moins un d'entre eux, sont "près de dix fois plus nombreux à connaître des tensions fréquentes (40% contre 4% parmi ceux dont les parents vivent ensemble)".

Ces tensions concernent essentiellement les relations avec le père. De même que l'absence totale de relations avec la figure paternelle est plus fréquente quand les parents sont séparés (elle concerne 28 % des cas).

La qualité de ces relations parents-enfants contribue fortement au bien-être des jeunes adultes. Ils sont moins satisfaits dans la vie lorsqu’il existe des tensions avec leurs parents, conclut l'étude.

Manon Fossat