BFMTV

Seine-et-Marne: si ce n'est pas un tigre, de quel félin peut-il s'agir?

L'animal aperçu en Seine-et-Marne ne serait pas un tigre, mais un félin moins imposant.

L'animal aperçu en Seine-et-Marne ne serait pas un tigre, mais un félin moins imposant. - Julie Berdaux - AFP

Depuis jeudi, policiers, gendarmes et pompiers de Seine-et-Marne ont reçu de nombreux appels de riverains affirmant avoir aperçu un tigre. Il s'agirait finalement d'un petit félin. Mais personne ne sait encore d'où provient l'animal, ni de quel félin il s'agit. Voici les pistes les plus sérieuses.

Un animal est activement recherché depuis jeudi en Seine-et-Marne, dans la grande banlieue est de Paris. L'hypothèse d'un tigre ayant été abandonnée, de quelle espèce peut-il s'agir? D'où cet animal peut-il venir? BFMTV.com a rassemblé les pistes.

> Quel type de félin?

La traque au tigre a commencé jeudi. Aussi bien du côté de la préfecture que des spécialistes qui interviennent dans les recherches, chacun était alors formel: les photographies et les empreintes relevées sur place montraient qu’on était bien en présence d’un tigre, et non d’un gros chat.

Or, au terme une expertise menée par l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) avec le concours du Parc des Félins, la présence d'un animal de l'espèce tigre s'avère désormais exclue. Un félin est toujours recherché, mais le dispositif de 200 hommes a été allégé.

Eric Hansen, de l'Office national chasse et faune sauvage d'Ile-de-France, explique que le danger pour l'homme est désormais écarté. Il ne s'agit pas d'un félin de grande taille, mais seulement d'une vingtaine ou d'une trentaine de kilos. La police avance même la possibilité d'un gros chat sauvage.

> "Si on voit des griffes c'est un gros chien"

Frédéric Edelstein, dresseur de fauves au cirque Pinder, avait déjà émis l'hypothèse d'un animal moins imposant qu'un tigre, vendredi matin sur BFMTV, en observant les quelques photos où la bête peut être furtivement aperçue. Il avançait la thèse d'un lynx ou d'un puma.

"Si on voit des griffes c'est un gros chien", avance pour sa part Paul de La Panouse. Le fondateur du parc animalier de Thoiry, dans les Yvelines, rappelle que les félins ne sortent pas leurs griffes pour courir ni pour marcher.

> D'où peut-il venir?

La détention d’animaux sauvages en captivité est régie par le code de l’environnement. Les cirques, parc animaliers ou zoos situés aux alentours ont déclaré qu’il ne leur manquait aucun félin. Les enquêteurs se tourneraient donc vers une autre piste: un animal domestiqué. Pour les particuliers aussi, la loi impose la détention d'un certificat de capacité. Mais comme aucun animal manquant n'a été déclaré, s'il s'agit par exemple d'un puma, l'animal pourrait être détenu illégalement.

En charge de la faune sauvage à la Fondation Brigitte Bardot, Aline Maatouk explique à L'Obs que la fondation est régulièrement sollicitée pour des fauves chez des particuliers. Ils se les procureraient par le biais de de cirques ou de parcs zoologiques peu regardants sur la loi. Elle évoque aussi l’existence de ménageries clandestines.

S'il s'agit d'un lynx, ces animaux ont été réintroduits dans les années 1970, dans le Jura et dans les Alpes, des régions éloignées de la Seine-et-Marne.

> D'autres fausses alertes

Cette affaire rappelle plusieurs fausses alertes en France. En août 2006, une "grosse bête noire" avait été vue sur la place de Wissant, dans le Pas-de-Calais, et recherchée en vain par environ 80 gendarmes et un hélicoptère. Vingt ans plus tôt, c'est au Touquet qu'on avait cherché sans succès un "gros félin noir", aperçu mais jamais retrouvé non plus. En 2000, la Somme avait connu une alerte au tigre, avant que des analyses de poil ne concluent à un chat domestique en vadrouille.

A Saint-Germain-en-Laye, dans les Yvelines, une fausse alerte au léopard avait déjà mobilisé les équipes du parc de Thoiry il y a quelques années. Le léopard était finalement... un chien. 

K. L.