Sécurisation de l’emploi : faut-il simplifier les règles de licenciement ?

Votre opinion

Postez un commentaire

79 opinions
  • Tatiana Roumany
    Tatiana Roumany     

    je vous signale que pour beaucoup de patrons de PME/PMI le prix de leur travail c'est 0€ ...quand c'est pas moins...

  • Tatiana Roumany
    Tatiana Roumany     

    et si, vous avez besoin des patrons et surtout de ceux qui ont les c....... de risquer leur pognon parce que tous les ouvriers veulent bien créer ou reprendre une entreprise mais dès qu'il faut "mettre au pot" ils se dégonflent tous ,des fois que ça perturberait leur petite vie et qu'ils perdraient un peu de sous...

  • fifi51
    fifi51     

    virons les patrons et approprions nous leur outil de travail, on a vu le résultat dans l'union soviétique, en RDA et à CUBA ! mais vous ne pourrez pas vous appropprier leurs capitaux qui voyagent librement. Les collectifs de salariés n'ont jamais bien fonctionné sauf quelquefois dans des entreprises existantes, car pour investir il faut des capitaux, du savoir faire et de la motivation! et pour diriger il faut un vra patron!

  • fifi51
    fifi51     

    le pays les francais ont besoin d'emploi, de salaires, de cotisations, de production vendables,et d'investissements donc de PATRONS et d'investisseurs. Les investisseurs peuvent investir à l'étranger et les patrons embaucher ailleurs ou pas du tout! Il n'y a pas de bras de fer à avoir car les salariés et chômeurs seront toujours perdants! C'est cette mentalité de lutte des classes qui nous a amené la! Les syndicats semblent défendre l'emploi! en réalité ils prennent en otage les salariés et les consommateurs avec l'alibi de défendre ceux qui ont un emploi, en particulier de fonctionnaire, car les autres aussi peuvent perdre leur emploi

  • sable rouge
    sable rouge     

    Ils se sont gavés sous Sarkozy puis pleurés avec l'arrivée de la gauche. Les patrons font leur cinémas, chantage à l'emplois aujourd'hui pour garder leur profits exorbitants. Ne cédons pas devant ces pleurnichards hors catégorie, virons les tout simplement et formons partout des collectifs de salariés qui connaissent le prix d'un travail!!

  • sable rouge
    sable rouge     

    Ils se sont gavés sous Sarkozy puis pleurés avec l'arrivée de la gauche. Les patrons font leur cinémas, chantage à l'emplois aujourd'hui pour garder leur profits exorbitants. Ne cédons pas devant ces pleurnichards hors catégorie, virons les tout simplement et formons partout des collectifs de salariés qui connaissent le prix d'un travail!!

  • ben voyons
    ben voyons     

    visiblement se n'est pas toi qui vie avec le smic ou qui le paye, sinon tu connaîtrais sont montant.

  • mon avis
    mon avis     

    Mais tout le monde peux pas achetter comme cadeau de noel une porsche cayenne à sa dulcinée , comme l'autre lagardère en belgique et la belle mere de rétorquer ""quel beau cadeau il fait à ma fille ""(p e)et ils chantaient ""promenons nous dans les bois ""et la belle mere répond avec un sourir majestueux ""pendant que le loup y'est pas !!!"" elle estpas belle la vie de milliardaire ?????

  • no fun my babe
    no fun my babe     

    mais elles commencent à être connues de tous...dès qu'on parle du statut des fonctionnaires le débat est systématiquement détourné sur les non titulaires et les contractuels qui justement ne sont pas des fonctionnaires et n'en ont pas les avantages. Ce n'est bien sur pas d'eux dont il est question.En ce qui concerne les fonctionnaires "virés" je n'en ai jamais vu et convenez que le cas est pour le moins anecdotique par rapport au privé.Pour ce qui est du salaire je vous rappelle que le salaire moyen est dans la fonction publique supérieur à celui du privé.Et si les fonctionnaires galèrent comme vous dites en fin de mois, leur situation me parait plutot moins grave que le salarié du privé qui galère lui aussi mais avec de plus, la peur de ne pas avoir de salaire le mois suivant et étant donné la conjoncture ,les mois à venir...Bien sur qu'il ne faut pas "opposer" public et privé mais malheureusement l'inégalité des statuts devient de plus en plus flagrante et très dommageable pour la cohésion sociale déjà bien mise à mal par ces injustices que les bénéficiaires souhaitent à tout prix conserver en l'état. .

  • mon avis
    mon avis     

    en fait c'esttout ce qu'il reste au medef à négotier , et les français ,meme ceux qui bosseront seront au seuil de pauvreté , vu le montant hexhorbitant du smig à environ 1000 euros !

Votre réponse
Postez un commentaire