BFMTV

Secouriste ou aide-ménagère, les robots conquièrent le quotidien

BFMTV

par Catherine Lagrange LYON (Reuters) - Les robots, futurs compagnons du quotidien, entrent en scène à Lyon à l'occasion d'Innorobo, le premier...

par Catherine Lagrange

LYON (Reuters) - Les robots, futurs compagnons du quotidien, entrent en scène à Lyon à l'occasion d'Innorobo, le premier salon européen dédié à la robotique de service.

Robot laveur de vitres, robot voiture, robot animal domestique, robot volant, robot infirmière, robot démineur, mais aussi robots "secouristes" au Japon: une centaine d'automates, dont une trentaine inédits, sont présentés jusqu'à samedi.

"Ces robots vont révolutionner notre quotidien, ils peupleront nos foyers, nos écoles et nos rues", prédit Bruno Bonnell, président de Syrobo, syndicat de la robotique de service qui organise l'événement.

"La révolution technologique de la robotique de service est en train d'impacter profondément le corps social", dit-il.

Ce marché, encore balbutiant, est appelé à croître de façon exponentielle dans les années à venir.

Estimé à 3,3 milliards de dollars en 2009, il devrait doubler dans les trois prochaines années pour atteindre les 100 milliards de dollars à l'horizon 2020, selon les données de l'International Federation of Robotic.

De nombreux fabricants asiatiques, japonais et sud-coréens, leaders sur ce marché, mais également américains, ont fait le déplacement à Lyon pour présenter leurs inventions et découvrir celles de leurs concurrents.

Parmi eux, Colin Angle, président de l'américain I-Robot, numéro un mondial du robot de service, présenté comme le "Bill Gates" du secteur, en référence au fondateur de Microsoft.

"L'Europe devient un marché très important pour les robots, a-t-il dit à Reuters. Aujourd'hui, elle représente 30% du marché, les USA 20% et l'Asie 50%, mais on va assister rapidement à un rééquilibrage à trois tiers."

SUCCÈS DU ROBOT ASPIRATEUR

I-Robot présente l'une des stars du salon, PackBot, robot actuellement utilisé dans la centrale nucléaire japonaise de Fukushima-Daichi, fortement endommagée par les séisme et tsunami du 11 mars.

"Il va placer les compteurs Geiger dans la zone irradiée pour voir si on peut y pénétrer", explique Colin Angle.

Autre robot à l'oeuvre au Japon: "Warrior", qui actionne les pompes à incendie destinées à refroidir le coeur de la centrale et à remplir la piscine.

I-Robot a envoyé quatre de ces robots sur les lieux du sinistre.

"Ces interventions vont montrer au monde entier que les robots peuvent désormais être très utiles dans les catastrophes naturelles et les catastrophes industrielles", souligne Colin Angle.

En France, les robots domestiques commencent à pénétrer les foyers, tels "Roomba", le robot aspirateur.

Vendu à 100.000 exemplaires en France en 2010 (contre un millier en 2006), son marché pourrait doubler dans les deux ans.

"Il représente aujourd'hui 77% du marché de la robotique de service en France mais il ouvre la porte à beaucoup d'autres", explique Bruno Bonnell, par ailleurs P-DG de Robopolis, qui distribue le Roomba.

Le "Karotz", développé par le français Mindscape, est un lapin domestique intelligent, classé dans les robots communicants.

Il renseigne sur la météo, donne des informations, lit les mails et les pages Facebook et surveille même la maison, les devoirs des enfants et le gâteau qui cuit au four grâce à sa caméra.

Autre innovation, les voitures-robots du français Cybergo, qui devraient faire leur apparition dans quelques mois dans des villes tests.

Sans chauffeur, elles desservent par exemple les zones piétonnes non autorisées aux transports en commun classiques.

Une autre encore, destinée à l'auto-partage, se gare toute seule en rationalisant à l'extrême l'espace. "On peut garer une centaine de voitures sur trente places de parking", assure son responsable marketing, Max Lefèvre.

Edité par Sophie Louet