BFMTV

Saint-Denis: enseignants non payés, les syndicats montent au créneau

Des dizaines d'enseignants n'ont pas été payés depuis la rentrée en Seine-Saint-Denis.

Des dizaines d'enseignants n'ont pas été payés depuis la rentrée en Seine-Saint-Denis. - AFP

Un mois et demi après la rentrée, des dizaines d'enseignants débutants ou contractuels de Seine-Saint-Denis n'ont pas encore reçu leur salaire. Une situation révélée par les syndicats Snuipp 93 et l'UNSA éducation.

A la veille des vacances de la Toussaint, les syndicats Snuipp 93 et l'UNSA éducation recensent des dizaines d'enseignants en Seine-Saint-Denis qui n'auraient pas été payés depuis la rentrée, il y a un mois et demi. La CGT Educ'action en a répertorié au moins "50" tandis que Sud Education évoque jusque 300 professeurs concernés.

Les raisons évoquées

Isabelle Guignon, du syndicat des enseignants SE-UNSA 93, fustige: "Aujourd'hui, nous en sommes là tout simplement parce que les pièces justificatives pour pouvoir être payés n'ont été réclamées que fin août et il faut un délai de deux mois pour que le Trésor public puisse ensuite nous payer. On se retrouve avec des collègues qui ne sont payés que fin octobre". D'autres seraient victimes de "simples retards de versement des salaires", précise Rachel Schneider, responsable du Snuipp en Seine-Saint-Denis.

"Une catastrophe administrative"

Pour Laurent Escure, secrétaire général du syndicat UNSA Education, le retard de paiement des enseignants en Seine-Saint-Denis est révélateur d'un important problème de gestion en interne: "Cet incident est révélateur de l'incapacité qu'a aujourd'hui notre ministère à avoir une gestion des ressources humaines adaptée aux millions de personnels qu'il embauche. On a un vrai besoin d'un soutien de personnes administratives dans les rectorats pour gérer les ressources humaines internes à l'Education nationale et l'accueil du public". Selon Arnaud Montfort, représentant de Sud Education, "seules cinq personnes gèrent 1.500 dossiers d'où une catastrophe administrative".

"Les gens ne veulent pas venir travailler dans ce département"

"Les gens ne veulent pas venir travailler dans ce département. Et les nouveaux qui arrivent, on les accueille très mal", a expliqué Isabelle Guigon, secrétaire départementale de l'UNSA éducation. Depuis la rentrée, il y aurait eu une quinzaine de démissions en Seine-Saint-Denis. Les administrations tenteraient de trouver des solutions. Ce jeudi, une réunion a été organisée pour tenter de résorber le problème, notamment en versant des avances sur le salaire de septembre et "pour ceux qui étaient le plus en difficulté, l'administration a proposé des bons d'achats alimentaires", a ajouté Isabelle Guigon.

Claudie Merot avec Rym Bey