BFMTV

Roger Hanin: "Une espèce de saga à lui tout seul", réagit Jean Benguigui

Roger Hanin à un concert de Sylvie Vartan, en 2008.

Roger Hanin à un concert de Sylvie Vartan, en 2008. - Bertrand Guay - AFP

"Drôle, gentil, généreux, exceptionnel, formidable, tourné vers les autres". Les hommages à Roger Hanin se succèdent dans une totale unanimité. Une page du cinéma s'est tournée mercredi avec la disparition d'un acteur populaire salué par ses pairs, mais aussi bien au-delà du cercle artistique.

Les hommages pleuvent après la mort de Roger Hanin, annoncée par son entourage mercredi. De ce personnage hautement charismatique, porté par une carrière cinématographique florissante et la série télévisée Navarro, ceux qui l'ont côtoyé retiennent trois traits de caractère: sa drôlerie, sa générosité et son côté passionné, tant pour la vie que pour son métier d'acteur.

"Un diseur d'histoires drôles extraordinaire"

"Il était encore beaucoup plus drôle dans la vie qu'à l'écran", résume Jean-Luc Azoulay, son ami, actuellement président de JLA Productions et producteur de la série Navarro. "C'était un diseur d'histoires drôles extraordinaire. Quand vous invitiez Roger à un dîner, tout le monde riait du début à la fin". Un talent dont l'éditorialiste Franz-Olivier Giesbert explique à son tour: "Sa grande spécialité, c'était les blagues".

Un trait de caractère repris par nombre de personnalités. Ainsi, Jean-Michel Ribes, metteur en scène et directeur du théâtre du Rond-Point, évoque "quelqu'un de malicieux, autant comédien sur scène que dans la vie". Encore, Catherine Allégret qui jouait le rôle de Ginou dans la série Navarro parle d'une personne "extrêmement drôle".

"Un empereur de la générosité"

Pour Jean-Michel Ribes, Hanin était un "empereur de la riogale et de la générosité". C'est, de fait, ce trait de caractère qui ressort, à égalité, avec son sens de l'humour. Jean-Luc Azoulay ne parle pas autrement de ce "patriarche que tout le monde aime". A propos des acteurs de Navarro, le producteur explique qu'il était d'une "fidélité exemplaire avec ses camarades de jeu" et que "quand l'un d'eux était dans l'ennui, il se débrouillait pour le faire engager sur l'un de ses films". Le producteur rappelle que Roger Hanin, beau frère de François Mitterrand, "a toujours été communiste et, sans être militant, ne s'en cachait pas. C'était sa philosophie, il pensait qu'il fallait partager son argent et le faisait".

L'acteur Richard Berry avec qui il a joué dans Le grand pardon se souvient de "quelqu'un de profondément chaleureux et de profondément gentil" qui tout en étant "très secret", "a aidé beaucoup de monde dans sa vie". Il se rappelle aussi "ce pied noir haut en couleur", qui "souvent ne comprenait pas ce déchirement entre les juifs et les arabes" parcequ'"il était un peu les deux." 

"L'amour des autres et de son métier"

L'ancien ministre de la Culture Jack Lang a aussi réagi: "Il avait une conviction profonde: l'amour des autres. Il aimait profondément son métier". Jean-Luc Azoulay parle d'un "acteur parfait, toujours à l'heure et connaissant ses textes". Un personnage bien loin des caprices de certaines stars. "Il s'accommodait de tout. s'il fallait jouer dans des conditions difficiles, il jouait dans des conditions difficiles," résume-t-il. Une simplicité dont Takis Candilis, actuel président de Lagardère entertainment et ancien directeur général adjoint de TF1 se fait aussi l'écho: "Il était très facile de travailler avec lui, même s'il avait son caractère".

L'acteur Jean Benguigui, qui a aussi joué dans Le grand pardon, explique qu'il n'a "que des bons souvenirs avec lui". "C'était une espèce de saga à lui tout seul", conclut-il. Véronique Genest, autre commissaire connue du petit écran à travers le rôle de Julie Lescaut a aussi salué sa mémoire. "Une page se tourne. Roger était le vivre ensemble ensoleillé", détaille l'actrice.

Manuel Valls et François Hollande ont, pour leur part, salué respectivement "un homme de gauche et de conviction" et un "acteur populaire à la faconde familière".

Les chaînes de télévision TF1 et D8 vont aussi rendre hommage à leur façon à Roger Hanin, mercredi soir et samedi, en rediffusant des épisodes de Navarro et de Brigade Navarro, la série qui a pris la suite de la série en 2007.