BFMTV

Revivez le direct de Bourdin & Co du 8 mars

De 7h à 9h suivez en direct la matinale de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.fr

De 7h à 9h suivez en direct la matinale de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.fr - -

Ce vendredi matin, Jean-Baptise Le Dall a fait le point sur la future amende de stationnement qui pourrait passer de 17 à 35 euros et Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur, a explique comment elle veut limiter les abus dans les stages. Louis Caprioli est revenu sur la capture d’un Français parmi les djihadistes au Mali, et Véronique Genest, candidate suppléante aux élections législatives partielles, a parlé de son engagement politique.

Invités, témoignages, débats... retrouvez ici tous les moments forts de Bourdin & Co ce vendredi sur RMC :

9h : Merci à tous d’avoir suivi le live de Bourdin & Co ce vendredi matin, n’hésitez pas à poursuivre les débats en réagissant ci-dessous ! Rendez-vous lundi dès 7h !

8h35 : Marie-George Buffet, députée communiste de Seine-Saint-Denis, est l'invitée de Jean-Jacques Bourdin. Elle affirme que « François Hollande ne fait pas une politique de gauche » et soutient la loi d’amnistie sociale, « une loi juste » selon l’élue.

Véronique Genest, actrice et femme politique

L’actrice de Julie Lescaut se lance en politique et va se présenter comme candidate suppléante aux élections législatives partielles de la 8ème circonscription des Français de l'étranger (qui comprend, entre autres, la Turquie, l'Italie ou encore Israël). Le premier scrutin avait été invalidé pour cause d’irrégularité dans les comptes de campagne de la députée élue. Véronique Genest avait créé la polémique en se disant « islamophobe » en septembre, affirmant que « l’Islam est dangereux pour la démocratie ».

Concernant ses propos où elle avait affirmé être « islamophobe » :
8h28 – Véronique Genest : « Je n’ai rien contre les religions quand elles ne se mèlent pas de politique. Je suis résolument laïque. J’ai peur de l’Islam quand il sort de sa sphère, qu’il devient politique. On a cru bon d’aller soutenir le Mali face à l’Islamisme, face à cet Islam qui veut s’imposer en tant que politique par exemple ».

Concernant des bus réservés aux Palestiniens en Israël :
8h27 – Véronique Genest : « L’appartheid en Israël, je ne l’ai pas vu, pas ressenti. Ce sont les Israéliens qui ont mis ce bus à disposition des Palestiniens pour qu’ils puissent accéder plus rapidement où ils veulent sans passer par les villages colons. C’est une polémique pour pas grand-chose ».

Concernant la création d’un Etat palestinien :
8h25 – Véronique Genest : « Je suis favorable à la paix, dans tous les cas ».

8h22 – Véronique Genest : « J’avais envie de m’investir, mais ça s'est fait très très rapidement. Quand Jonathan, le candidat m’a appelé, on m’a dit que c’était surtout pour porter sa voix, que je pouvais continuer mon métier. Je suis en apprentissage du politique. C’était une bonne façon d’être en observateur ».

8h21 – Véronique Genest : « Politiquement, on se situe assez centristes, plutôt proches d’un UDI, centre-droit ».

Louis Caprioli, conseiller du groupe de sécurité Géos

Une dizaine de djihadistes français seraient partis au Sahel pour rejoindre les islamistes. L'un d'eux se trouverait parmi les cinq djihadistes faits prisonniers ces derniers jours au Mali par l'armée française, et un autre, capturé en novembre, a déjà été expulsé vers la France. Actuellement, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian est en visite au Mali.

8h16 - Louis Caprioli : « Les mouvements djihadistes en Syrie sont liés à Al Qaïda. Arrivés aux portes du pouvoir, ils pousseront les laïcs. Et il y a toute la menace qui va concerner les pays occidentaux s’il y a un nouveau foyer terroriste dans cette région ».

8h13 - Louis Caprioli : « L’homme qui a été expulsé vers la France a un passé de personne qui veut combattre au djihad. Il a été mis en examen pour une tentative d’assassinat du recteur de la grand mosquée de Paris, il est allé au Yémen, etc. Mais à peu près tous les individus qui ont voulu se rendre au Mali ont été arrêtés et ils sont peu nombreux. On atteint des chiffres beaucoup plus importants pour la Syrie, avec près de 100 Français qui s’y sont rendus. Et il y a des Anglais, des Espagnols, des Marocains, des Belges… Il y a un vivier de personnes proches d’Al Qaïda qui vont poser problème au retour. C’est plus facile de se rendre à İstanbul et de passer la frontière qu’à Bamako ».

Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur

Dans certaines entreprises, on trouve jusqu’à 10 à 15% de stagiaires, parfois sur de très longues durées. Le gouvernement veut limiter les stages à six mois, donner aux stagiaires des droits tels que la protection sociale ou les congés, ou encore faire payer les stagiaires dans les collectivités. Le patronat s’inquiète.

7h49 - Geneviève Fioraso : « Il est essentiel que dès le début du cursus, les jeunes soient plongés dans le milieu qui les attire, il faut plus de stages en début de cursus ».

Concernant la rémunération des stagiaires :
7h47 - Geneviève Fioraso : « Dans le public, on n’est pas indemnisé de la même façon. Nous allons en discuter, je pense que ça aboutira ».

7h45 - Geneviève Fioraso : « Il va falloir négocier le taux de stagiaires dans les entreprises. Suivant les secteurs, on peut imaginer avoir des pourcentages différents, mais il faut déjà faire un état des lieux. Il faut déjà faire appliquer la loi, les stages doivent être limités à six mois mais le décret d’application n’a jamais été publié. Il va y avoir un changement, nous allons proposer un décret pour faire appliquer la loi avant l’été. Au-delà de six mois, ça ressemble à un emploi ».

7h42 - Geneviève Fioraso : « Il faut d’avantage encadrer. Aujourd’hui, seulement 32% des étudiants bénéficient d’un stage, il faut en faire plus, car un étudiant qui fait un stage a plus de chance d’être inséré professionnellement. Mais il faut les équilibrer, en faire plus en début de cursus. Aujourd’hui, on les fait à la fin, c’est-à-dire qu’au lieu d’avoir accès à l’emploi, on fait un ou plusieurs stages ».

7h25 - C'est l'heure des Coulisses de la politique, la chronique de Jean-François Achilli: Congé parental : révolution ou coup de com bobo ?

Maître Jean Baptiste Le Dall, avocat spécialisé en droit automobile

Comme le confirmait jeudi Jean-Paul Huchon, président de la région Île-de-France sur RMC, l’amende de stationnement pourrait prochainement augmenter et passer de 17 à 35 euros. Les sommes récoltées serviront à financer le Grand Paris. La question, maintenant, est de savoir si les amendes évolueront partout en France ou seulement dans certaines villes. Dans ce cas, il faut d’abord dépénaliser l’infraction (sinon, comme il y a égalité devant la loi, l’amende doit rester la même pour tout le monde) avant de définir des « forfaits » dans chaque ville pour stationnement impayé.

7h23 - Jean Baptiste Le Dall : « Dans la sphère pénale, on peut contester. Si ce sont des amendes à la carte, on ne peut plus. On y est opposé ».

7h21 - Jean Baptiste Le Dall : « On arrête des années d’hypocrisie, où on nous disait que ces amendes, ce n’était pas pour prendre de l’argent. Au moins, on tombe les masques. A Paris, on a des tarifs exorbitants, certains préfèrent prendre le risque de ne pas payer. Si on passe à 35 euros, le calcul sera différent, mais c’est différent à Clermont-Ferrand ou Besançon. Mais la loi est la même pour tous, donc si on veut faire des amendes à la carte, il faut sortir l’amende de la sphère pénale. Alors, chaque commune peut fixer son tarif, 20 euros ici, 25 euros là ».

7h19 - Jean Baptiste Le Dall : « On peut s’inspirer de l’histoire et du passé. La dernière fois, on était passé de 11 à 17 euros, mais on nous avait auparavant parlé de 11 à 22. On peut donc penser qu’on ne passera pas à 35, mais à 20 ou 25 ».

Mathias Chaillot