BFMTV

Retraites: 28.000 manifestants à Paris ce jeudi selon le cabinet Occurence

Des manifestants lors du défilé du 11 janvier 2020 contre la réforme des retraites à Paris

Des manifestants lors du défilé du 11 janvier 2020 contre la réforme des retraites à Paris - Bertrand Guay-AFP

La CGT a quant à elle recensé 250.000 manifestants dans les rues de la capitale.

Après six semaines de conflit et un trafic SNCF revenant progressivement à la normale, la mobilisation a reflué jeudi dans la rue, mais les syndicats opposés à la réforme des retraites s'affirment "déterminés" pour la suite avec un nouveau rendez-vous le 24 janvier.

28.000 personnes ont manifesté ce jeudi à Paris pour manifester contre la réforme des retraites, selon le comptage du cabinet Occurrence pour un collectif de médias dont BFMTV contre 44.000 le 9 janvier dernier. La CGT a quant à elle recensé 250.000 manifestants dans les rues de la capitale. Le ministère de l'Intérieur a annoncé que 187.000 personnes avaient manifesté en France, dont 23.000 personnes à Paris.

Le cortège s'y est déroulé dans le calme de Montparnasse à la Place d'Italie. La préfecture de police a annoncé avoir procédé à 11 interpellations.

Forte mobilisation des enseignants

Cette journée, à l'appel de l'intersyndicale (CGT, FO, Solidaires, FSU, CFE-CGC et trois organisations de jeunesse) était la 6e depuis le 5 décembre. A Paris et en régions, ce sont en grande majorité des enseignants qui ont manifesté, malgré des taux de grévistes en baisse dans l'Éducation nationale (6,6% dans le primaire et 6,83% dans les collèges et lycées, selon le ministère à la mi-journée), mais aussi des avocats en robe, cheminots, égoutiers, dockers, salariés du privé ou encore des étudiants et lycéens... 

Clarisse Delalondre, rencontrée à Paris, fait de la recherche chez EDF et est déléguée CGT Énergie. Avec "43 jours de grève dans les pattes", elle estime qu'"il faut qu'on continue la grève, qu'on la développe même, c'est un mouvement inédit. On ne peut pas se laisser faire, ce sont nos acquis !". Pour elle, le renforcement de la grève à la Banque de France, dans les raffineries ou dans le privé "donne de l'espoir". "Quand les avocats sont dans la rue contre le gouvernement, c'est le signe qu'il se passe quelque chose dans le pays".

Un soutien de l'opinion publique

Si la mobilisation baisse, elle reste en tout cas soutenue majoritairement par l'opinion publique, selon plusieurs sondages. Et l'intersyndicale a déjà appelé à de nouvelles actions et manifestations la semaine prochaine, avec une 7e journée d'actions nationale en point d'orgue, vendredi 24 janvier, à l'occasion de l'examen du projet de loi retraites en conseil des ministres. 

Le futur système universel de retraite "suscite beaucoup d'interrogations", a reconnu jeudi soir sur notre antenne Laurent Berger, le leader de la CFDT. "Il faut sortir des ambiguïtés, des imprécisions", dire "plus exactement" ce qu'est ce système, davantage "expliquer les transitions" et préciser "comment se finance cette réforme", a-t-il ajouté, regrettant que sa fédération et lui-même fassent l'objet d'attaques avec des "locaux dégradés" et des "propos dégradants". 

Cy.C avec AFP