BFMTV

Prêtre pédophile à Lyon: "On l’a laissé agir en toute impunité", dénonce une victime

Après avoir alerté le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, l’ancien scout Alexandre Dussot a porté plainte contre le père Preynat pour "agressions sexuelles". Mais les réponses de l’Eglise ne lui conviennent pas. Il lui reproche son silence et son manque de réactivité dans la sanction. Ce lundi, lui et d’autres victimes interpellent directement le pape François dans une lettre pour obtenir des explications.

Il dit ne pas agir par "vengeance", mais par "justice". Car durant trop d’années, la loi du silence n’a pas été brisée. Alexandre Dussot est aujourd’hui père de famille, mais certains souvenirs du scoutisme sont encore lourds à porter. "Les violences sexuelles que j’ai subies, je les ai toujours gardées en moi", témoigne-t-il au micro de BFMTV. Comme lui, plusieurs mineurs ont été victimes d’actes pédophiles par le père Bernard Preynat, doyen de plusieurs paroisses dans la région de Roanne jusqu'en août dernier.

"Ça allait de la caresse à la masturbation ou la fellation. Il y a eu des moments plus difficiles que d’autres pour certains", confie Alexandre Dussot. "Il ne s’attaquait qu’à des enfants entre 7 et 12 ans, qui n’ont pas la force physique suffisante pour se défendre", affirme la victime.

" 'Tu es mon petit garçon préféré. Je t’aime et c’est notre secret', voilà ce qu’il nous disait quand il agissait."

"Pour ma part, j’ai fui lorsqu’un jour sous une tente, il a essayé de me violer dans un camp au Portugal en 1986", se souvient l’ancien scout.

"Des négligences très fortes" de l’Eglise?

Réputé "fort" et "charismatique", le prêtre a été relevé de ses responsabilités pastorales et interdit de tout contact avec des mineurs par le diocèse de Lyon fin août 2015, après avoir reconnu les faits à la suite des dépôts de plaintes effectués quelques mois plus tôt. Mais pour Alexandre Dussot, l’Eglise a trop tardé car la sonnette d’alarme avait été tirée un an plus tôt. "Nous ne considérons pas que ce dossier ait été géré avec une très grande responsabilité par les membres du diocèse de Lyon", accuse la victime, qui les soupçonne, à l’instar du cardinal Barbarin, d’avoir dissimulé l’affaire. 

"Beaucoup se sentent trahis (…) On veut avoir la vérité. On veut comprendre pourquoi ça a été possible. Et on souhaite surtout que ça puisse ne plus jamais arriver. Il y a eu des négligences très fortes de la part des responsables", insiste-t-il.

"Ma plus grande colère, ce n’est pas que ce prêtre ait été un pédophile car c’est une déviance, une maladie. Mais plutôt qu’on ait pu le laisser agir en toute impunité pendant 40 ans", peste Alexandre Dussot. Les premiers cas avérés de pédophilie remontent à 1970.

Le pape interpellé

Une enquête préliminaire, visant la hiérarchie du père Bernard Preynat, a été ouverte début mars pour "non-dénonciation de crime" à la justice et "mise en danger d'autrui". Le prêtre soupçonné, a quant à lui, été mis en examen fin janvier.

Ce lundi, les membres de La Parole libérée, une association qui fédère les victimes du prêtre pédophile et dont Alexandre Dussot est l’un des cofondateurs, ont envoyé une lettre au pape pour lui demander une audience privée et obtenir des explications sur la gestion du dossier.

P. P. avec Florent Bonnard