BFMTV

Mangeons-nous halal sans le savoir ?

Selon Marine Le Pen, 100% de la viande distribuée en Ile-de-France serait halal.

Selon Marine Le Pen, 100% de la viande distribuée en Ile-de-France serait halal. - -

Selon Marine Le Pen, 100% de la viande distribuée en Ile-de-France serait halal. Si tous les abattoirs d'Ile-de-France ne font que du halal, les professionnels du secteur assurent que la très grande majorité de la viande distribuée dans la région n'est pas abattue selon le rite musulman.

Marine Le Pen a annoncé samedi à Lille, lors de sa convention présidentielle, sa volonté d'engager une procédure judiciaire contre des enseignes de la grande distribution pour « tromperie sur la marchandise ». Selon la candidate du Front National, « l'ensemble de la viande qui est distribuée en Ile-de-France, à l'insu du consommateur, est exclusivement de la viande halal ».

« L’ultra-majorité de la viande consommée n’est pas halal »

Les 3 abattoirs d’Ile-de-France ne font effectivement que du halal, c’est-à-dire que les bovins et les ovins sont tués selon le rite musulman, sans avoir notamment été étourdis avant. « 100% des abattoirs d’Ile de France font exclusivement de l'abattage rituel. Mais ça ne veut pas dire que 100% de la consommation de viande de la région est devenue 100% halal», explique pour RMC Frédéric Freund, directeur de l’Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs. L'ultra-majorité de la viande consommée vient de toute la France, et dans la France entière on trouve encore de l'abattage traditionnel ».
En outre, la plupart des bouchers se fournissent à Rungis, où la viande provient de tous les abattoirs du pays expliquent les professionnels et le ministère de l’Agriculture.

« Le consommateur mange à son insu du halal »

Pour Pierre Halliez, directeur général du Syndicat des entreprises françaises des viandes (Sniv-Sncp), « prétendre qu'en Ile-de-France on ne mange que du halal, c'est totalement absurde. Les tonnages abattus dans la région sont minimes et ne fournissent que de manière extrêmement minoritaire, voire insignifiante les enseignes de distribution de la région ».
« Le problème, selon Frédéric Freund, c'est que ces viandes ne se retrouvent pas toutes dans les circuits de distribution réservés au halal. Du coup, le consommateur peut manger à son insu des viandes issues de l'abattage rituel musulman ». C’est pourquoi les professionnels demandent un étiquetage sur les viandes vendues aux particuliers. Aujourd’hui, il n'est pas obligatoire. Bruxelles l'a voté en avril 2011 mais la France refuse, de peur de stigmatiser les communautés.

POUR DEBATTRE DE CE SUJET, RENDEZ-VOUS DESORMAIS SUR «RMC TALK»

La Rédaction avec Amandine Dubiez