En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer
 

Suppression des filières L, ES et S, philosophie et grand oral au mois de juin, deux épreuves écrites au printemps, de la place pour le contrôle continu et la fin du rattrapage à l'oral: les recommandations du rapport sur la réforme du bac ont été présentées ce mercredi.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • otermaio
    otermaio     

    Ne serait ce pas un cache misère , je suis prof et lors des correctionsdes epreuves du bac , dans le nord de Paris en banlieue , nous devons sur »ordre » relever les notes de 4 pts ,

    C’est ce que l’on appelle, égalité , fraternité ? Ala mode socialiste , mais pire encore pour les diplômes professionnels , mais chuttg , tout le m9nde le sait et s’en aperçoit quand ils integrent un service , mais il ne faut rien dire, soyons comme d'habitude hypocrites

  • om30180
    om30180     

    L’économie Mondiale et Française ainsi que les emplois ont fortement été bouleversé ces 30 dernières années, via le numérique et le digital.
    Le Lean Management, l’entreprise libérée qui réduit le nombre de niveau hiérarchique improductif dans l’entreprise conduit implicitement l’univers de l’éducation nationale à se moderniser, d’autan que les jeunes ont un rapport au numérique que nous devons intégrer dans nos organisations de leur enseignement.

    Les enseignants ont une tendance naturelle et humaine à défendre leurs corps de compétences avec les grades correspondants, mais les salariés eux ne vivent plus dans des méga-entreprise de 10 000 et plus d’employés. L’univers du salariés indépendant, courant de mission en mission est une réalité quotidienne pour laquelle, les jeunes doivent être armée des compétences et des savoirs associés.

    Le malheur du système actuel est le classement en filières, de ce fait certaines compétences sont vécus par les enfants comme non importante pour leurs études. Prenons le cas des secondes généralisées. Vouloir enseigner de l’initiation à l’économie et la gestion à des enfants en orientation technique sur des matières aux coefficients ZERO pour l’orientation, montre bien que l’idée bien qu’honorable ne correspond pas aux attentes. D’ailleurs vu la diversité des libertés prises par les enseignants pour cet enseignement, que reste-il d’harmonisé pour les enfants ?
    C’est pourquoi le matières mineurs ou majeurs devront être fortement notées me semble-il.

    Adapter les études sur un rythme semestriel, avec des examens réguliers est le meilleur moyen de faire entrer notre jeunesse dans l’univers de demain : Fournir un travail régulier avec réorientation régulièrement possible, comme dans la vie professionnelle.

    En entreprise nous vivons ces changements et afin d’harmoniser au mieux l’ensemble, nous devons adapter la formation aux attentes du marché.

Votre réponse
Postez un commentaire