BFMTV

"Recul sensible" de l'usage d'alcool et de tabac chez les lycéens, le cannabis reste stable

-

- - Philippe Huguen - AFP

L'usage d'alcool et de tabac s'est fortement réduit chez les lycéens français. Une catégorie qui se scinde selon le parcours d'études: les filières professionnelles sont plus touchées que les autres.

L'alcool et le tabac boudés par les lycéens? Les résultats d'une enquête de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) pour sa publication Tendances "font globalement état d'un recul sensible des consommations de tabac et d'alcool chez les lycéens depuis 2011, avec une baisse de l'usage quotidien de tabac de plus de 24% et de la consommation régulière d'alcool de plus de 30%".

Les adultes influencent les jeunes 

Un recul qui pourrait notamment s'expliquer par "les changements de comportements de consommation des adultes eux-mêmes, notamment des nouvelles générations de parents davantage sensibilisées aux risques liés aux usages de tabac et d'alcool".

Entre 2011 et 2015, l'expérimentation (au moins un usage au cours de la vie) de la cigarette a reculé chez l'ensemble des lycéens, passant de 70% à 61%. Elle est légèrement plus importante chez les filles (62,1%) que chez les garçons (59,4%) et chez les élèves des filières professionnelles (66,2%) que générales (58,4%). L'usage quotidien est en baisse d'un quart (23% en 2015, contre 31% en 2011). 

L'alcool a moins la cote

L'expérimentation d'alcool est en légère baisse chez les lycéens français en 2015 (87%) par rapport à 2011 (93%). La consommation d'alcool est un comportement largement masculin: 20% des garçons en ont un usage régulier (plus de 10 fois par mois) contre 10% des filles. L'augmentation de la consommation d'alcool entre la seconde et la terminale est très forte: l'usage régulier (plus de dix fois par mois) double entre les deux classes, de 10% à 21%. 

Les niveaux d'usage de tabac et d'alcool sont plus élevés chez les élèves des filières professionnelles que chez ceux des filières générales, un élément "à rapprocher des observations faites dans les segments de la population adulte ayant suivi ce cursus d'éducation professionnalisée, chez qui le tabagisme mais aussi la consommation d'alcool apparaissent plus marqués que dans les autres catégories socioprofessionnelles", selon l'OFDT, qui plaide en conséquence pour "une meilleure prise en compte des différents cadres scolaires" lors des actions de prévention.

la rédaction avec AFP