BFMTV

Racisme : « Elle m’a craché dessus et m’a dit ‘Sale noire’ »

Marseille est le mauvais élève du classement.

Marseille est le mauvais élève du classement. - -

Un collectif a réalisé un classement des villes impliquées dans la lutte contre le racisme. Si les actions de Villeurbanne, dans le Rhône, sont exemplaires, Marseille est le mauvais élève de la France, comme en témoigne Yasmine, une lycéenne.

RMC vous révèle ce mercredi matin le palmarès des villes les plus impliquées dans la lutte contre le racisme, via un classement réalisé par le CRAN (collectif représentatif des associations noires).
La médaille d'or est attribuée à Villeurbanne dans le Rhône, suivie de Montreuil, en Seine-Saint-Denis, et Paris. Le bonnet d'âne revient à Marseille, dans les Bouches-du-Rhône. L'association a envoyé un questionnaire à 50 grandes municipalités sur leurs pratiques en matière de lutte contre les discriminations. Parmi les critères : la diversité au sein des conseils municipaux, la mise en place de campagnes de sensibilisation contre le racisme, ou encore la formation des policiers aux discriminations. Les réponses des municipalités ont été recoupées avec l'aide des associations locales. L'écart des notes est énorme, entre la ville la plus vertueuse, Villeurbanne (79 points/100) (Voir la vidéo ci-dessus), et la lanterne rouge, Marseille (10/100).

42 sur 100 de moyenne générale

Avec Villeurbanne, Montreuil et Paris complètent le podium : leurs recettes : un conseil municipal black-blanc-beur, des agents et des policiers sensibilisés à la lutte contre le racisme et des actions concrètes : aides aux quartiers sensibles, accueil des nouveaux arrivants ou encore mise en place de tests pour vérifier que les agences immobilières ne préfèrent pas François à Kamel.
A l'inverse, en bas du classement, beaucoup de villes dirigées par la droite, notamment en région PACA. Elles relèguent la lutte contre le racisme au fin fond des oubliettes, peu de soutiens financiers pour les associations, pas de formation des éducateurs sportifs sur la question ou de campagne de sensibilisation... La moyenne générale est de 42 sur 100, avec comme mention : peut largement mieux faire. Yasmine et Océane, lycéennes, racontent le racisme ordinaire « surtout de la part des personnes âgées ». Yasmine relate notamment que l’une d’elles lui a « craché dessus » en la traitant de « sale noire ».

« Un processus de traitement pour que tout le monde ait droit à un accès équitable »

En matière de lutte contre les discriminations, le bon élève s'appelle Villeurbanne. La ville y consacre un budget de 85 000 euros par an et c'est l'une des seules communes de France où a été nommé un adjoint en charge de ces questions.
Des mesures très concrètes qui ont été prises pour lutter contre les discriminations, notamment en matière de logement. Isabelle Coing, responsable d'une agence immobilière à Villeurbanne. Elle a suivi une formation pour éviter les stéréotypes liés à la location. « On a élaboré un processus de traitement pour que tout le monde ait droit à un accès équitable ». C'est un testing réalisé par la mairie qui a mis en lumière ces discriminations : 8 fois sur 10, le candidat d'origine étrangère était recalé. Et aujourd'hui le résultat est convaincant pour Sylvain Camuzat, directeur de l'association pour le droit au logement. « Pour ces régies, ça a été un choc. Elles ont pris conscience qu’il y avait un risque pénal ». Et la municipalité a même crée un observatoire et un conseil consultatif pour suivre cette lutte contre les discriminations.

|||La France est-elle plus raciste aujourd'hui qu'hier ?

La rédaction avec V. Joanin et G. Windrestin