BFMTV

PSA : quelles conséquences pour la région et les sous-traitants ?

-

- - -

Jeudi, PSA Peugeot Citroën annonçait la fermeture en 2014 de son usine d’Aulnay-sous-Bois ainsi que la suppression de 8 000 postes en France. Au-delà de conséquences directes pour les salariés, les sous-traitants de l’usine craignent pour leur avenir.

Depuis la fermeture de l’usine Renault de Boulogne-Billancourt il y a 20 ans, c’est la première fois qu’une nouvelle usine ferme dans l’hexagone. Comme à chaque fermeture, les emplois directs sont menacés mais il y a également de nombreuses conséquences indirectes sur la région. Parmi elles : l’avenir des sous-traitants de l'usine PSA Peugeot Citroën d'Aulnay sous-bois qui vivent grâce à l’activité de l’usine.

« Un coup terrible pour la Seine-Saint-Denis »

Le site du constructeur automobile est l'un des plus gros employeurs privés de la Seine-Saint-Denis avec 3 100 salariés et 300 intérimaires qui vivent pour la moitié dans le département. Cette fermeture, c’est "un coup terrible pour le département de la Seine-Saint-Denis", a déclaré jeudi à RMC Claude Bartolone, le député de la Seine-Saint-Denis où est implanté le site PSA Peugeot Citroën d'Aulnay-sous-Bois qui doit fermer en 2014.
Un coup d’autant plus terrible pour ce département qui est déjà le plus pauvre de France avec 12,2% de chômage au premier trimestre selon les estimations de l'Insee, contre 9,6 % dans l'hexagone. En tout, avec les sous-traitants, l'ensemble de la filière automobile représente 9 000 emplois en Seine-Saint-Denis selon Claude Bartolone.

« Ce qui arrive à PSA va nous arriver »

Abdelkader Bendjedara est délégué CGT de l'usine d'emboutissage (fabrique des tôles, portière, capots...) MA France (ex-Magnetto), une usine sous-traitante de PSA qui emploie 300 salariés en CDI et une centaine d'intérimaires. Abdlekader n’a pas vraiment confiance en l’avenir : « Il y aura un impact sur nous. Nous avons plus de 14% de pièces que l’on fait pour eux. Ça nous fera donc du travail en moins. Le souci des salariés c’est : quel est notre avenir ? Il se peut que Poissy récupère des pièces que nous faisons. Ça nous fera encore du travail en moins. Nous on sait que le travail va diminuer dans les années à venir. Et on sait aussi qu'en 2014/2015, on va fermer, sans doute après l’usine PSA. Ce qui arrive à PSA va nous arriver ».

« Un pacte secret entre le précédent président et la direction de PSA »

Claude Bartolone est député de la Seine-Saint-Denis. Son département abrite le site PSA d'Aulnay-sous-Bois qui fermera en 2014. Il est inquiet et remonté contre la méthode employée par PSA pour annoncer cette fermeture : « C’est un coup de massue, surtout pour les salariés du site qui doivent avoir l’impression que la direction de l’usine les balade depuis des mois, si ce n’est des années. Tout cela était programmé depuis longtemps et il y a dû y avoir un pacte secret entre le précédent président de la République et la direction de PSA pour que tout cela soit annoncé après l’élection présidentielle. Je ne crois pas qu’il y ait pu y avoir cette fermeture et ces suppressions de postes sans que cela soit dans les tuyaux depuis des mois ».

« En finir avec la politique des cadeaux fiscaux sans contrepartie »

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault a promis hier « un plan de soutien à la filière automobile dès le Conseil des ministres du 25 juillet ». De son coté, Philippe Varin, le président du directoire de PSA a déclaré sur TF1 jeudi soir que « PSA Peugeot Citroën ne sollicite pas d'aide financière de la part de l'Etat français ». Le député de Seine-Saint-Denis et président de l’Assemblé nationale, Claude Bartolone, souhaite, lui, des engagements de la part du secteur privé : « Il faut que ce soient des accords dans lesquels il y a des engagements réciproques. Je veux aujourd’hui qu’il y ait un débat avec les organisations syndicales et le patronat sur la filière automobile pour savoir ce qui pourrait être fait, les engagements qui seraient pris. Mais surtout en finir avec la politique des cadeaux fiscaux sans contrepartie ».

La Rédaction avec Cécile Bourgneuf