Mis à jour le
Jean-Claude Mas, à l'ouverture de son procès à Marseille, le 17 avril dernier.
 

Jugé pour escroquerie jusqu'au 17 mai, le fondateur des prothèses mammaires PIP maintient que son gel n'est pas nocif, n'hésitant pas à en discuter avec les victimes.

Votre opinion

Postez un commentaire