BFMTV
en direct

Le Havre: fin de la prise d'otages, le suspect interpellé

Le Havre la nuit, sur les lieux de la prise d'otage du 6 août 2020

Le Havre la nuit, sur les lieux de la prise d'otage du 6 août 2020 - Capture d'écran

Six personnes étaient retenues par un homme dans une agence bancaire BRED du centre-ville. Le RAID est sur place.

Fin de la prise d'otages

La prise d'otages à l'agence bancaire BRED au Havre a pris fin, l'auteur a été interpellé par les forces de l'ordre et le dernier otage a été libéré.

Un nouvel otage libéré, plus qu'une personne retenue

Il ne reste désormais qu'un seul otage dans l'agence bancaire BRED du Havre. Selon les informations de BFMTV, une personne vient d'être libérée, qui s'ajoute aux quatre autres qui sont saines et sauves.

Au total, quatre personnes ont été libérées par le preneur d'otage et une a réussi à s'enfuir.

Le preneur d'otage voulait avant tout "faire parler de lui" selon la police

Selon le syndicat Unité SGP Police, interrogé par BFMTV, l'individu de 34 ans qui a pris six personnes en otages (dont quatre libérées désormais) "est rentré dans la banque à 16h45, non pas pour braquer mais pour faire parler de lui".

"Il n'y a pas eu de coup de feu, les otages libérés n'ont pas été maltraités et ils vont bien", poursuit cette source.

Un nouvel otage libéré, deux personnes toujours retenues

Un nouvel otage a été libéré, peu après 21 heures, de l'agence bancaire BRED du Havre, il est le troisième à avoir été relâché par le preneur, selon les informations de BFMTV.

Sur six otages, un avait déjà été libéré dans l'après-midi, avant l'intervention du Raid. Un autre s'était échappé. 

Il reste donc deux personnes tenues en otages actuellement.  D’après les premiers otages libérés, l'homme qui les détenait est armé.

Le preneur d'otages actuellement en discussion avec le Raid

Le négociateur du Raid, arrivé sur place aux alentours de 19h30, est actuellement en relation avec le preneur d'otages, pour comprendre ses revendications et la dangerosité de la situation.

"Une fois que le périmètre de sécurité a été fait par les effectifs du commissariat, le Raid met en place des équipes d'assaut d'urgence, mais n'intervient pas immédiatement, et essaye de prendre contact, avec ses négociateurs", a expliqué sur BFMTV Jean-Michel Fauvergue, ancien chef du Raid.

Un otage a été libéré depuis leur arrivée.

Un otage de nouveau libéré, trois personnes toujours retenues

Un deuxième otage a été libéré de l'agence bancaire du Havre peu avant 20 heures, selon les informations de BFMTV.

Sur six otages, un avait déjà été libéré dans l'après-midi, avant l'intervention du Raid. Un autre s'était échappé.

Il reste donc trois personnes tenues en otages actuellement. D’après les otages libérés, l'homme qui les détenait est armé.

Darmanin "suis la situation au Havre avec beaucoup d’attention"

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a assuré suivre "la situation au Havre avec beaucoup d’attention, en étroit contact avec le Préfet et le Directeur général de la Police nationale".

Il demande à la population de suivre les ocnsignes du préfet en évitant le secteur et le périmètre de sécurité.

Un otage s'est échappé

Six personnes étaient retenues en otage, mais l'une d'entre elles s'est échappée dans l'après-midi, selon les informations de BFMTV.

Une autre a été libérée. Il y a donc actuellement quatre otages.

On ne sait pas encore si les otages sont des clients ou des employés de la banque.

Quatre otages actuellement retenus, pas de blessé

Un périmètre de sécurité mis en place par la police

Un périmètre de sécurité a été mis en place par la police autour des lieux de la prise d'otages, sur le boulevard de Strasbourg, dans le centre-ville du Havre.

Le Raid est arrivé sur place peu avant 19h30, et le négociateur va désormais entamer des discussions avec le preneur d'otages.

Le preneur d'otages a des antécédents psychiatriques

Le suspect de 34 ans est connu pour des antécédents psychiatriques, et pour des faits de délinquance de droit commun, selon une source policière à BFMTV.

Il est également fiché au TAJ (Traitement d'antécédents judiciaires) pour enlèvement, séquestration et port d'arme.

Ses revendications ne sont pas claires à l’heure actuelle.

Athénaïs Keller Cheffe de service vidéo