Magnanville: les 3 gardés à vue disent condamner le double assassinat

A photo taken off Facebook on June 14, 2016 shows an undated photo of Frenchman Larossi Abballa, 25, who stabbed a policeman repeatedly outside his home in Magnanville, a northwestern suburb of Paris, before holing up inside with the policeman's partner and the couple's three-year-old son. A man claiming allegiance to the Islamic State group killed a French policeman and his partner, investigators said on June 14, 2016, in what authorities blasted as an "appalling terrorist act." STR / FACEBOOK / AFP
 

INFO BFMTV - Trois proches de Larossi Abballa sont en garde à vue depuis mardi, après qu'un policier et sa compagne ont été tués chez eux lundi près de Paris. Ces trois hommes ont affirmé auprès des enquêteurs condamner ce double meurtre.

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • RAMBO
    RAMBO     

    Toutes ces minutes de silence, tous ces hommages depuis plus d'un an par ces hommes politiques, s'ils pouvaient cumuler tout ce temps perdu pour faire plutôt des actions....

  • vestale
    vestale     

    Hahhahahahaha !!

  • grognon
    grognon     

    la justice doit examiner s'ils n'ont pas contribué à commettre ces lâches assassinats.

  • mamily
    mamily     

    Comment croire les propos de ces gens ! Des témoignages mettentven évidence le soutient sans faille des populations des zones sensibles ! Ces populations nient les assassinats ces populations qui disent qu'il faut cacher les défauts les crimes de leurs ressortissants

  • Mirabel
    Mirabel     

    Hilarant le titre....Ils n'y croient pas une seconde !!!! A part ça ils racontent quoi ???????

  • marredelacensure
    marredelacensure     

    Ces types là ont tellement l'habitude de côtoyer la police et la justice qu'ils savent parfaitement ce que veut entendre le juge.

  • AgentK3
    AgentK3     

    Principe de précaution comme on sait le faire pour beaucoup d'autre chose: Suite à radicalisation, à la moindre plainte policière, au moindre doute, isolez, enfermez ou virez ces tarés du pays...

Votre réponse
Postez un commentaire