BFMTV

Polémique sur un « mur des cons » dans la magistrature

Atlantico.fr, qui a diffusé les images du « mur des cons », dit avoir obtenu cette vidéo d'un juge « apolitique et non syndiqué ».

Atlantico.fr, qui a diffusé les images du « mur des cons », dit avoir obtenu cette vidéo d'un juge « apolitique et non syndiqué ». - -

Le président du groupe UMP à l'Assemblée, Christian Jacob, a écrit mercredi à François Hollande pour dénoncer l'existence d'un « mur des cons » avec les photos de plusieurs personnalités de droite dans les locaux du Syndicat de la magistrature, classé à gauche.

Un « mur des cons » qui fait du bruit. Dans les locaux du Syndicat de la magistrature, classé à gauche, un panneau intitulé « mur des cons » est rempli de photos de personnalités de droite. « Une pratique intolérable, qui constitue une injure publique, une menace et vraisemblablement une violation du serment des magistrats », estime Christian Jacob ce mercredi dans une lettre où il demande au président de la République de prendre une décision afin que le Conseil supérieur de la magistrature soit saisi de cette affaire. « C’est est un manquement grave au principe d'impartialité de la justice », ajoute le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale.
Le député UMP Thierry Mariani dénonce également dans un communiqué l'existence de ce mur, qui selon lui, « porte un discrédit désastreux sur la justice et sa prétendue indépendance ».

« Un mur de notre local syndical privé »

L'existence de ce mur, révélée mardi par le site atlantico.fr, a été confirmée par le Syndicat de la magistrature. « Effectivement, ce mur existe, mais c'est un mur de notre local syndical privé », a dit Sophie Combes, secrétaire nationale du syndicat. « Ce que nous regrettons profondément, c'est qu'il y ait un amalgame entre cet affichage, qui n'est rien d'autre qu'un mouvement d'humeur à un moment donné, et les combats que nous menons », a-t-elle ajouté. « À un moment où le gouvernement de gauche est en difficulté, il n'est pas étonnant qu'un site de droite s'attaque à un syndicat de gauche », a-t-elle conclu, y voyant un « travail de décrédibilisation ». Ce "mur des cons" a été installé sous la précédente majorité, « à une époque où les magistrats étaient très critiqués », a expliqué Sophie Combes. Y figurent effectivement des personnalités de droite, pas tant du fait de leur appartenance politique que de leurs propos parfois « démagogiques » sur la justice, a-t-elle dit.
Les images diffusées mardi par atlantico.fr et qui montrent ce mur « nous ont été volées par un journaliste venu nous interviewer », a-t-elle indiqué. Le site d'informations dit de son côté avoir obtenu cette vidéo d'un juge « apolitique et non syndiqué ».

J.V. avec Reuters