BFMTV

Paris: le rassemblement antiraciste bloqué à son point de départ, place de la République

De source policière, si les autorités tolèrent ce samedi à Paris le rassemblement statique antiraciste, elles ne comptent pas pour l'heure tolérer un cortège en mouvement.

Au moins 6000 personnes ont participé ce samedi après-midi au rassemblement parisien contre le racisme et les violences policières, organisé par le collectif La Vérité pour Adama, a indiqué une source policière à BFMTV. Mais les manifestants ont été bloquées par les forces de l'ordre place de la République, qu'ils prévoyaient de quitter à 14h30 pour défiler jusqu'à l'Opéra

Sauf que la manifestation n'a pas été déclarée en préfecture et que les rassemblements de plus de dix personnes sont toujours interdits en raison de la crise sanitaire. Mais la déclaration de Christophe Castaner, il y a quelques jours sur BFMTV, assurant que "l'émotion mondiale (...) dépasse les règles juridiques", sous-entendait qu'il y aurait une certaine tolérance. 

De source policière, si les autorités tolèrent le rassemblement statique, à l'image de celui organisé devant le tribunal judiciaire de Paris le 2 juin, elles ne comptent pas pour l'heure autoriser un cortège en mouvement. La préfecture de police indique cependant que les accès de la place de la République restent ouverts pour les manifestants qui souhaiteraient se disperser.

"À notre grande surprise, ils bloquent"

La soeur d'Adama Traoré a, par ailleurs, réagi à l'impossibilité pour les participants à la manifestation contre le racisme et les violences policières de se rendre place de l'Opéra. 

"Il était annoncé que tout allait être fermé pour la marche d’Adama. Monsieur Lallement était venu à 12h et là, à notre grande surprise, ils bloquent", a expliqué la militante anti-raciste qui affirme qu'il "y a 150.000 personnes dans la rue. Ils ne peuvent pas laisser le peuple dehors."

Interrogée sur l'autorisation de la manifestation de ce samedi par la préfecture, Assa Traoré a répondu que celle-ci était déclarée et qu'il vaut mieux "qu'ils nous laissent passer. On a l’extrême droite qui est là-bas et qui est dans la provocation". La militante a toutefois appelé les manifestants à rester sur la place en cas d'impossibilité de déplacement.

Un procédé "odieux", selon Mélenchon

Estimant que c'était "odieux" comme façon de procéder, Jean-Luc Mélenchon a demandé depuis la place de la République à ce que l'on "laisse les gens se déplacer". "C'est une façon d'entretenir en France un climat très malsain où tout le monde se regarde en biais", a-t-il dit. 

Le rassemblement est organisé à l'appel du comité Adama Traoré, jeune homme noir mort en juillet 2016 après son interpellation par des gendarmes en région parisienne. Assa Traoré, la sœur du jeune homme et figure du comité, a appelé à marcher pour "dénoncer le déni de justice, pour dénoncer la violence sociale, raciale, policière", réclamant à nouveau la mise en examen des gendarmes impliqués dans l'interpellation de son frère.

Clément Boutin avec AFP