BFMTV

"On paye les pots cassés": à Lille, des restaurateurs frustrés de ne pas avoir obtenu d'extension de terrasse

Lille

Lille - Philippe Huguen - AFP

Dans certaines rues et places de la ville où des problèmes de tranquillité publique ont déjà été relevés, les bars et restaurants n'ont pas obtenu la possibilité d'étendre leurs terrasses.

Lille a été classée en zone verte pour la deuxième phase du déconfinement, qui débute ce mardi. Les bars et restaurants ont dont le droit de servir des clients en intérieur dès aujourd'hui. Malgré cela, la mairie de la ville a tout de même proposé aux établissements qui le souhaitaient de déposer des demandes d'extension de leurs terrasses, de manière à accueillir plus de personnes dans le respect des mesures sanitaires.

Mais pour certains bars et restaurants, cette requête a été refusée, laissant leurs propriétaires frustrés. En cause, la décision de la mairie d'exclure du dispositif des extensionds de terrasses, les secteurs avec une forte densité de riverains ou bien ceux où des problèmes de tranquillité publique ont déjà été relevés. Certains lieux patrimoniaux ont aussi reçu un avis négatif de l’Architecte des Bâtiments de France.

Rue Masséna, le Garden Bar fait partie de ceux qui n'ont pas obtenu le droit d'étendre leur terrasse. Son gérant, Lucas Gravina, ne pourra ainsi servir que deux clients en extérieur, malgré un arrangement trouvé avec une commerçante voisine.

"Ma voisine, qui est coiffeuse, s'est proposée de me donner tout son espace devant après 19 heures, une fois qu'elle a fermé, pour qu'on puisse s'agrandir. Chose qui ne sera pas possible", a-t-il déploré. C'est dommage, parce qu'ils mettent tout le monde dans le même lot, et ça pénalise des gens comme nous, qui n'avons jamais eu de souci avec la police", assure-t-il.

"On paye les pots cassés"

Du côté du quartier du Nouveau Siècle, c'est la même déception pour certains gérants de bar, comme Benjamin Gervaize, directeur du Dernier Bar Avant la Fin du Monde. Deux établissements de la place seulement ont obtenu l'autorisation d'étendre leurs terrasses. 

"S'ils peuvent profiter d'une extension, tant mieux pour eux. Nous on l'a pas, et puis tant pis. Mais on aurait préféré l'avoir", confie-t-il.

Ca fait partie des quelques places sur Lille où il y a eu des terrasses qui ont été grandement occupées, bien plus qu'elles n'auraient dû l'être", poursuit-il. "Parfois, on se retrouve à payer les pots cassés, donc on prend la punition pour tout le monde."

Les bars et les restaurants lillois concernés par les refus de la mairie devront donc attendre l'allègement des mesures sanitaires et composer, en attendant, avec des terrasses deux fois moins peuplées qu'à l'ordinaire.

Juliette Mitoyen