BFMTV

On aurait pu « préserver une partie de la forêt »

-

- - -

Maintenant en grande partie maîtrisés, les incendies en Corse-du-Sud, souvent déclenchés par des pyromanes, auraient-ils pu être évités ? Certains prônent en tous cas la prévention.

En Corse-du-Sud, près de 6 000 hectares de végétation ont brûlé depuis jeudi dernier. Deux des trois feux sont désormais maîtrisés. Reste le troisième, à Aullène (col de la Vaccia), où des foyers sont toujours actifs. La zone est très difficile d'accès et le vent tourbillonnant rend la tâche particulièrement compliquée aux pompiers. Aucune habitation n'est menacée.

Deux incendiaires de 24 et 21 ans ont été mis en examen et incarcérés, ils ont reconnu les faits, commis alors qu'ils étaient en état d'ébriété. Un troisième a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire en attendant son jugement demain mardi à Ajaccio en comparution immédiate.

« C'est très difficile de voir tout ce noir »

Pierre est Corse. Comme beaucoup, il vit sur le continent et revient dans son village natal, Aullène, pour l'été. Il est arrivé hier et le spectacle de cette forêt calcinée l'attriste : « c'est catastrophique. Surtout qu'on avait l'habitude de voir cette forêt magnifique, ce vert, on l'admirait... Là, c'est très difficile de voir tout ce noir. Il faudra au moins 15 à 20 ans pour que ça soit aussi joli. Et moi, comme j'ai 75 ans, peut-être que je ne le reverrai pas. »
En effet, comme l'explique Louis Olivier, directeur régional de l'Office National des Forêts, « cette forêt avait déjà brûlé en 1983, il y a donc 26 ans. On a 25 ans de pousse pour des arbres de cette taille. Pour ne pas se retrouver dans la même situation dans 25 ans, il va falloir organiser l'espace, de manière à pouvoir offrir aux sapeurs-pompiers des zones de défense adaptées, appelées aujourd'hui "zones d'appui à la lutte" ».

« Les zones touristiques plus privilégiées que nous »

Pierre Castellani est le maire du village d'Aullène qui a vu ce week-end les flammes à sa porte, et où certaines zones brûlent toujours. Pour éviter un tel désastre, il est persuadé qu'il faut agir « au niveau de la prévention : par la création de pare-feux dans des zones bien définies, des zones d'accès pour les pompiers, pour qu'ils puissent se ravitailler en eau de manière convenable... Ce sont toutes ces petites choses qui ont manqué et grâce auxquelles on aurait pu, je pense, préserver une partie de la forêt. Certaines zones sont plus privilégiées que nous, depuis un certain nombre d'années, les zones touristiques par exemple. »

« Nettoyer autour de sa maison, en redoublant de prudence »

Est-il encore temps de débroussailler autour de sa maison ? Selon Yvon Duché, responsable technique national pour les incendies de forêts à l'ONF, si on fait des « travaux en forêt en plein été quand il fait chaud, on prend évidemment le risque d'allumer soi-même un feu. Donc, il est toujours temps de nettoyer autour de sa maison, mais en redoublant de prudence. Le conseil qu'on peut donner c'est de s'enquérir de ce problème plutôt à l'automne ou au printemps. Pour ceux qui le feraient, il ne faut en aucun brûler des végétaux. »

La rédaction, avec Sébastien Gilles et Yannick Olland