BFMTV

Nice: un président d'université menace de mort un manifestant

Le château de Valrose, siège de l'Université de Nice

Le château de Valrose, siège de l'Université de Nice - Image Flickr

Lors de l'occupation du siège de la faculté de Nice, le président de l'Université Côte d'Azur a été filmé adressant des menaces de mort à un manifestant.

Le président de l'Université Côte d'Azur (UCA) a proféré des menaces de mort à l'encontre d'un manifestant qui occupait le siège de la faculté de Nice, mercredi, selon une vidéo mise en ligne sur les réseaux sociaux par un collectif d'étudiants.

"Toi, je te revois sur le campus, seul, t'es mort !", s'écrie Jean-Marc Gambaudo, président d'UCA, en désignant du doigt un manifestant, sur les images révélées par Nice-Matin dimanche et diffusées par le collectif d'étudiants Sauve ta fac 06, opposé à la réforme de l'Université.

On voit ensuite des membres du personnel de l'université retenant physiquement Jean-Marc Gambaudo, visiblement excédé. Contacté dimanche matin, il n'a pas souhaité répondre aux sollicitations de l'AFP.

Des dégradations dans un lieu classé

Les incidents remontent à mercredi quand, selon le parquet de Nice qui a ouvert une information judiciaire, "un groupe de personnes (...) a forcé les portes du siège de l'université pour essayer de s'y barricader". 

Des échauffourées ont alors éclaté, au cours desquelles deux personnels de l'université ont été blessés par les manifestants. Ces derniers sont aussi accusés d'avoir commis des dégradations dans un lieu classé, la salle des actes, au sein du château de Valrose qui abrite la direction de l'université et la faculté de sciences de Nice.

Jet de chaise

À la suite de ces incidents, un manifestant, déjà condamné il y a deux mois pour des faits similaires à un travail d'intérêt général -condamnation dont il a fait appel- a été interpellé vendredi et placé en garde à vue. Il a été formellement reconnu comme la personne ayant lancé une chaise et blessé un membre du personnel de la faculté, indique-t-on de source judiciaire.

Dimanche matin, ce jeune homme, qui n'est pas étudiant mais se présente comme un militant, a été présenté à un juge d'instruction. Il est poursuivi pour violences en réunion et avec arme par destination, dégradations touchant un bien d'utilité publique et refus de donner le code de son téléphone. Le parquet n'envisageait pas de requérir la détention.

G.D. avec AFP