BFMTV
Société

 Neuf mois après son ouverture, la gare Montpellier Sud de France est désespérément vide

La gare Montpellier sud de France a ouvert le 7 juillet 2018.

La gare Montpellier sud de France a ouvert le 7 juillet 2018. - BFMTV

Il y a 9 mois, une deuxième gare a vu le jour à Montpellier. Et avec les 142 millions d’euros investis dans ce projet excentré et désert, la polémique enfle. Les usagers sont en colère et certains élus appellent même à sa fermeture.

Il n'y a aucune brasserie, pas de kiosque à journaux ni de boutique de souvenirs… La gare Montpellier Sud de France, ouverte le 7 juillet dernier, a des allures de station fantôme. Son immense hall, moderne et lumineux, est désert. A la sortie de la gare, qui ne se trouve qu’à 8 kilomètres du cœur de la commune, pas de ligne directe pour rejoindre le centre-ville. Pas non plus de correspondance ferroviaire pour rejoindre d'autres gares, comme Saint-Roch, celle du centre-ville de Montpellier.

"Cette gare est totalement inutile"

Des quoi ulcérer les rares voyageurs qui y passent. "C’est le désert total", constate Muriel Meyer, une usagère de la ligne Paris-Montpellier sud de France. "J’ai fait le tour de la gare, j’ai cherché un endroit où boire un café, mais rien. C’est la gare du pauvre ici", raille-t-elle.

Dans cette gare étrangement calme, seuls huit trains brisent le silence chaque jour. La région Occitanie, opposée au projet, a gelé sa participation de 33 millions d'euros pour la nouvelle gare.

"C’est un des plus gros investissements faits à Montpellier depuis une dizaine d’années. Mais cette gare est totalement inutile, à l’extérieur de la ville, non connectée avec les trains régionaux, ça ne peut pas fonctionner", déplore Christian Dupraz, vice-président de la commission transports.

Un investissement de 142 millions d'euros

De son côté, la SNCF réfute toute erreur stratégique. La gare Montpellier Sud de France sert au contraire à désengorger la ligne classique à la gare de Saint-Roch, rénovée en 2014 pour un montant de 50 millions d’euros, selon Le Point. Hilaire Hautem, directeur adjoint SNCF réseau Occitanie, assure que cette gare a été construite "pour un siècle et plus. Elle permet d’avoir un service nouveau pour l’ensemble de la métropole de Montpellier." 

Coût total de l’opération: 142 millions d’euros. Et ce n’est pas fini: à 50 kilomètres, la SNCF construit déjà une autre gare sur le même modèle, en périphérie de Nîmes.

Ambre Lepoivre